Lyon : Genesio règle ses comptes

Lyon : Genesio règle ses comptes©Media365

Rédaction , publié le lundi 30 septembre 2019 à 20h15

L'ancien coach de l'OL Bruno Genesio est revenu sur son passage au club et ses nombreuses difficultés dans une interview pour beIN SPORTS,

Lyon traverse une importante crise sportive et, forcément, son souvenir rôde. Bruno Genesio n'a plus grand-chose à voir avec l'OL, hormis sa qualité de supporter. Mais puisque son successeur, Sylvinho, semble déjà menacé, le technicien exilé en Chine, où il entraîne le Beijing Guoan, a été amené à s'exprimer, ce lundi soir, au micro de beIN SPORTS. L'occasion, pour lui, de rétablir quelques vérités. Et de régler quelques comptes.

Il a pris « la meilleure décision » en partant

Le coach de 53 ans a d'abord tenu à rappeler que la décision de rompre sa collaboration avec l'OL était la sienne : « J'aurais pu continuer, a-t-il confié. Si j'ai pris la décision, avec mon président, d'arrêter et de l'annoncer avant la fin de la saison, c'est parce que j'ai senti que le contexte négatif commençait à rejaillir sur certains joueurs et que cela avait une influence sur le terrain. L'institution passe avant tout et j'ai pensé que c'était la meilleure décision ». Dans un climat de défiance d'une partie des supporters lyonnais, Genesio a préféré s'en aller.



A-t-il des regrets ? Pas sur sa décision. Mais sur certains résultats : « Les deux demi-finales (ndlr : contre l'Ajax en Ligue Europa et face à Rennes en Coupe de France) », a-t-il assuré, avant de nuancer un bilan que beaucoup ont jugé insuffisant : « Dans l'ensemble, le travail a été fait assez convenablement ». Malgré le poids de l'atmosphère dans laquelle il a vécu, durant de longs mois, l'entraîneur n'a pas craché dans la soupe. Au contraire.

Il en veut à certains journalistes

Il a souligné, à de multiples reprise, le soutien sans faille de son entourage au club : « J'ai senti autour de moi que les gens me soutenaient. Par moment, ça a été très difficile, je ne vous le cache pas. J'ai vécu des moments très difficiles mais j'ai eu la chance que de nombreuses personnes au club m'aident et me soutiennent. J'ai eu la chance d'avoir une osmose autour de moi, quelles que soient les circonstances. J'ai senti que le président, le staff et les joueurs voulaient que je réussisse ».


Alors, à qui la faute ? L'ex-coach des Gones n'a pas caché une pointe d'amertume envers « certaines personnes issues du monde des médias », qu'il n'a pas souhaité nommer. Selon lui, « ils ont eu une influence sur certains supporters ». Concernant ses anciens joueurs, il a estimé qu'aucun ne l'avait lâché durant sa période de remous, à Lyon : « Je n'ai pas ressenti cela. Sinon, j'aurais demandé à mon président d'arrêter avant. J'ai justement ressenti l'inverse d'une majorité de mon groupe. Même s'il y en avait peut-être un ou deux qui en avaient marre de me voir ». Suivez son regard.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.