Lyon : Fekir est en plein doute, mais Genesio l'a immunisé

Lyon : Fekir est en plein doute, mais Genesio l'a immunisé©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le vendredi 12 avril 2019 à 07h35

Malgré des prestations décevantes, Nabil Fekir garde la cote auprès de son entraîneur.

A la veille du déplacement à Nantes ce vendredi (20h45), le coach lyonnais Bruno Genesio a volé au secours de Nabil Fekir, son capitaine étant dans le dur ces dernières semaines. « Nabil a de bonnes raisons d'être un peu moins bien. (...) Il n'a pas besoin d'être rassuré, il a besoin de répit et qu'on le laisse tranquille. » Cette sortie médiatique s'entend, tant le champion du monde est l'un des fers de lance de cette formation lyonnaise. Seulement, à l'heure actuelle, son maintien, ou plutôt son totem d'immunité, pose question. Qu'il soit moins bien certes, chaque joueur a le droit d'être dans le creux de la vague à un moment ou un autre. Mais qu'il soit titulaire et jamais remplacé est un autre problème. Quand Memphis Depay paie son irrégularité et sa panne offensive, Fekir enchaîne les matchs et passe entre les gouttes.

Fekir surjoue de plus en plus

Dans la lignée de ses prestations depuis une victoire contre Toulouse (5-1), le meneur de jeu déçoit plus qu'il ne régale. Preuve de son influence en baisse ? Il n'a pas été une seule fois décisif lors des quatre derniers matchs de championnat qu'il a joué, une première cette saison. En plus des chiffres qui le desservent par rapport à la saison dernière (23 buts et 9 passes décisives toutes compétitions confondues), Fekir frustre ses partenaires autant que les supporters. Se sentant moins bien physiquement, il cherche désormais la moindre opportunité pour se mettre en avant, quitte à en oublier ses coéquipiers. Comme lors de la demi-finale de Coupe de France perdue contre Rennes (2-3), alors que le score était encore de 2-2. Typiquement le cercle vicieux dans lequel s'enferme un joueur en mal de confiance. Cracher sur Fekir est bien sûr une solution de facilité, tant c'est l'équilibre lyonnais dans son ensemble qui tangue cette saison. Mais à force de s'entêter à faire de son capitaine son meneur de jeu inamovible dans un 4-2-3-1 taillé sur mesure pour lui, Genesio se tire lui-même des balles dans le pied. Alors que dans le même temps, Terrier rayonne en jouant à un poste qui n'est pas le sien, et Depay, avec ses qualités et ses défauts, ronge son frein sur le banc.

Un contrecoup due au Mondial ?

Les circonstances pour expliquer cette mauvaise passe sont nombreuses : sprint final la saison dernière, Mondial avec les Bleus, transfert avorté à Liverpool et avenir encore flou. « Il n'a pas joué en équipe de France lors du dernier rassemblement, mais le physique va avec le mental, concède son coach. On fait le compte de tous les champions du monde et on se rend compte que tous ne sont pas à leur niveau. » S'il assure que l'encadrement lyonnais a aussi sa part de responsabilité dans le coup de moins bien de son joueur-phare cette année, Genesio est maintenant confronté à un vrai problème. Fekir a besoin de repos pour retrouver ses cannes et une fraîcheur mentale. Mais avec seulement 7 matchs à jouer et une place en Ligue des Champions à aller chercher, le technicien ne peut se passer de son maître à jouer. Si l'ancien de Saint-Priest joue un rôle primordial, on criera alors au génie. Dans le cas contraire, les conséquences risquent d'être lourdes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.