Lyon doit maintenant redresser la barre

Lyon doit maintenant redresser la barre©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le vendredi 19 avril 2019 à 07h20

Samedi dernier, Bruno Genesio a annoncé qu'il ne prolongerait pas l'aventure en tant qu'entraîneur de Lyon. L'incertitude quant à l'avenir du coach rhodanien étant désormais levée, l'OL doit stopper l'hémorragie dès la réception d'Angers ce vendredi (20h45). Sa place sur le podium en dépend.



Il est évidemment encore trop tôt pour parler de ciel dégagé à Lyon. Mais un nuage s'en est d'ores et déjà allé : celui concernant le futur de Bruno Genesio. Prolongera ? Prolongera pas ? Plusieurs semaines durant, Jean-Michel Aulas a entretenu le suspense. Mais le verdict est finalement tombé samedi dernier, au lendemain d'une préoccupante défaite à Nantes (2-1). En poste depuis décembre 2015, le coach lyonnais cédera sa place à l'issue de cette saison. D'ici-là, il doit aider Lyon à rester sur le podium. « Nous avons eu une semaine entière pour travailler tactiquement, ce qui est appréciable vu le contexte, s'est félicité le technicien de 52 ans en conférence de presse. J'ai vu un groupe très studieux. J'ai senti beaucoup d'entrain, d'envie, de qualité. » Ce vendredi, l'OL n'a pas le choix. Il lui faut profiter de la réception d'Angers pour mettre un terme à sa mauvaise spirale (trois défaites d'affilée toutes compétitions confondues) et relancer une dynamique positive. Car Marseille (5eme) et, surtout, Saint-Etienne (4eme) sont à l'affût du moindre faux-pas.

« Fekir est capitaine, il doit guider le navire »

Durant cette période délicate, des tensions seraient d'ailleurs apparues au sein de l'effectif rhodanien. « Il n'y a pas de conflit dans l'équipe, a balayé Nabil Fekir d'un revers de main. Nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde, mais l'ambiance reste sereine. » Sur le banc à la Beaujoire, l'international français ne traverse pas la meilleure période de sa carrière. Son entraîneur compte néanmoins sur lui pour permettre aux Gones de relever la tête. « Nous sommes tous responsables, le problème est collectif, a tenu à souligner Genesio. Il était nécessaire de faire souffler Fekir à Nantes. Vendredi, il sera capitaine, c'est lui qui doit guider le navire. Il a déjà prouvé à maintes reprises qu'il savait réagir dans des situations difficiles ». « Quand on n'est pas bon, il faut savoir accepter les critiques, a affirmé l'intéressé. Il y a des périodes de moins bien, ça arrive en football. J'en ai parlé avec le coach, il a essayé de m'aider comme il le pouvait. Mais c'est surtout à moi de travailler davantage. »

Angers n'a pas le profil-type de la victime idéale

Le capitaine lyonnais a annoncé la couleur : « Contre Angers, il faudra absolument gagner. Personne ne doit nous prendre cette troisième place. » Mais même s'il n'est que douzième au classement, le SCO est loin d'avoir l'allure d'un club désireux de finir sa saison en roue libre. Bien qu'ils aient une avance conséquente sur la zone de relégation depuis un moment déjà, les hommes de Stéphane Moulin ne lâchent rien. Leur série actuelle (six matchs sans défaite) et les matchs nuls arrachés à Montpellier (2-2) et à Marseille (2-2) sont là pour en attester. « C'est une équipe difficile à battre, qui a changé sa façon de jouer tout en gardant son organisation, sa discipline et son engagement athlétique, a analysé Genesio. Ils y ont ajouté une dominante technique, ça joue bien au football. En plus, ils ont du caractère et reviennent souvent au score, comme ils l'ont prouvé ces dernières semaines. On s'attend à un match compliqué. A nous de montrer que nous avons retrouvé nos vertus. » Cela s'avérera nécessaire, sous peine de vivre une nouvelle déconvenue.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.