L1 - OL : Mariano va passer un gros test

L1 - OL : Mariano va passer un gros test©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 17 septembre 2017 à 11h37

Le match PSG-OL de ce dimanche sera l'occasion pour l'attaquant lyonnais Mariano de passer un gros test, car il n'a jamais affronté une telle adversité.

Il est possible d'avoir 24 ans, d'avoir porté les couleurs du Real Madrid pendant six saisons et d'être l'un des moins expérimentés d'un effectif de L1. Ce CV particulier, c'est celui de Mariano, arrivé à Lyon l'été dernier en provenance du club merengue et qui n'a pas raté ses débuts dans la Capitale des Gaules (4 réalisations en 5 journées de championnat). Mais l'attaquant international dominicain (1 sélection) passera dimanche au Parc des Princes face au PSG (21h00) un test d'une toute autre envergure que ce qu'il a connu jusque-là dans toute sa carrière.Ce sera la paire Thiago Silva - Marquinhos qui l'attendra, à moins qu'Unai Emery ne préfère Presnel Kimpembe à l'un des deux Brésiliens, ce qui n'a pas tendance à influer négativement sur le rendement de la charnière parisienne.
Des sceptiques pas encore convaincus
En deux petites titularisations avec l'équipe première du Real, jamais Mariano n'a croisé une telle adversité, pas plus que depuis le début de son aventure lyonnaise. Les observateurs attendent forcément de le voir passer ce crash-test, après son entame convaincante sous ses nouvelles couleurs. Un doublé contre Strasbourg dès la première journée (0-4), des buts à Rennes (1-2) et face à Guingamp (2-1) : Mariano a déjà démontré qu'il avait un sens du placement acéré, un jeu de tête impressionnant et des vraies aptitudes d'attaquant de pointe. Mais il n'a pas encore retourné les sceptiques qui n'avaient pas manqué de se faire entendre lors de son transfert pour huit millions d'euros. D'abord parce qu'il ne pèse pas énormément sur le collectif lyonnais. « Je l'ai trouvé en progrès dans son jeu avec ses coéquipiers contre Nantes et Guingamp », a tempéré Bruno Genesio vendredi en conférence de presse.
Fekir : « Ma relation avec lui est encore à parfaire »
Ensuite parce qu'il est encore un diamant brut à polir, tant il découvre ce qu'est le haut niveau. « Ce n'est pas parce qu'un joueur n'a jamais joué en Liga avec le Real Madrid qu'on doit dire certaines choses, a soufflé Jean-Michel Aulas. Nous savions que c'était un très grand joueur, même Zinedine Zidane nous l'a confirmé. » S'il est faux d'affirmer qu'il « n'a jamais joué en Liga », il n'y a jamais débuté une rencontre et il y totalisait 114 minutes (5 en Ligue des Champions). C'est dire s'il part de loin et si le match du PSG livrera un premier indice sur sa capacité à franchir le palier nécessaire pour réussir la succession d'Alexandre Lacazette. « Il a un profil différent d'Alex, a souligné Nabil Fekir. Ma relation avec lui est encore à parfaire, mais c'est un très bon joueur. Nous travaillons au quotidien pour tenter de trouver des automatismes. »
Un joueur de surface jugé dans la surface
Le capitaine lyonnais en est bien conscient, il faudra accompagner Mariano pour lui faciliter la tâche à Paris et lui donner une chance de prendre la lumière pour concrétiser le travail de tout le secteur offensif. Plus que dans la semaine contre l'Apollon Limassol en Ligue Europa (1-1). « Jeudi à Nicosie, j'ai trouvé qu'il avait un peu trop décroché, juge Bruno Genesio. Il était beaucoup dans l'entrejeu et pas assez présent dans la zone de vérité, là où il est censé se trouver. » C'est là qu'il sera jugé, ce dimanche et pendant tout le reste de son passage par Lyon. C'est surtout là que se fera la différence entre un excellent coup et un flop pour les dirigeants lyonnais. Réussir sa soirée parisienne permettrait à Mariano de pencher déjà du bon côté.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU