L1 - Lyon : Une troisième place qui n'efface pas tout

L1 - Lyon : Une troisième place qui n'efface pas tout©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le samedi 19 mai 2018 à 23h45

Troisième de Ligue 1 grâce à sa victoire contre Nice samedi soir (3-2), Lyon disputera la Ligue des Champions la saison prochaine. Pourtant, après le match, l'ambiance n'était pas aussi festive qu'espéré.

Jusqu'au bout, les Lyonnais ont tremblé. Contre de valeureux Niçois, ils ont dû livrer une grosse bataille pour l'emporter (3-2) et terminer sur le podium de Ligue 1. Un podium synonyme de Ligue des Champions la saison prochaine. Alors forcément, au coup de sifflet final, le public du Groupama Stadium, Bruno Genesio, ses joueurs et leur présent Jean-Michel Aulas ont unanimement serré le poing pour exulter. Mais passées ces premières minutes d'extase, l'ambiance s'est transformée. Au milieu des hourras et des applaudissements destinés aux joueurs, et notamment à Nabil Fekir qui disputait certainement son dernier match ici, de nouvelles banderoles hostiles aux dirigeants sont apparues dans les tribunes. Dans le virage nord, on a ainsi pu lire un message adressé à Bruno Genesio : « Bruno, ton amour pour l'OL t'honore mais il est temps de tourner la page ». En face, au sud, autre texte, plus court mais tout aussi éloquent : « On n'a toujours rien à fêter ». Interrogé en zone mixite, l'entraîneur lyonnais s'est dit affecté. « Cela m'a fait beaucoup de mal. Je n'oublierai pas cette banderole. Il me reste un an de contrat. Ce qui me fait avancer, c'est de travailler avec mes joueurs », a-t-il réagi. Des joueurs qui, en réponse à ces banderoles, l'ont porté en triomphe au milieu de la pelouse. De son côté, Jean-Michel Aulas n'a pas non plus été épargné. « Les vrais supporters veulent un président qui arrête de tweeter et qui revienne à la raison », a-t-on pu lire dans les gradins du Groupama Stadium samedi soir.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU