L1 - Lyon : " Pas question de dire que tout va bien " pour Bruno Genesio

L1 - Lyon : " Pas question de dire que tout va bien " pour Bruno Genesio©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le vendredi 09 novembre 2018 à 15h10

Tout en reconnaissant que l'OL connait des difficultés actuellement, Bruno Genesio a jugé vendredi en conférence de presse que les médias en étaient en partie responsables. En raison notamment d'un jugement biaisé sur son cas ou celui de Memphis Depay, par exemple.

Au moins, Bruno Genesio et Jean-Michel Aulas font front commun. A défaut que leurs joueurs affichent la même solidarité sur le terrain, l'entraîneur de l'OL et son président se serrent les coudes dans la période mitigée que traverse le club. Ils ont surtout trouvé une cible : les médias. Comme Aulas, Genesio a soufflé vendredi en conférence de presse que leur impact avait une influence négative sur le rendement de son équipe : « On a tendance à oublier que les joueurs sont avant tout des hommes comme vous et moi. Les critiques négatives peuvent avoir un impact. Cela ne donne pas forcément confiance. On est là pour inverser la tendance. C'est à nous de lutter. Il y a aussi lecture plus positive. On a notre destin entre les mains en Ligue des Champions et on est toujours dans la course en Ligue 1. On n'est pas au niveau qu'on voudrait être, mais ce n'est pas catastrophique. Le président ne dédouane personne et on ne se cache derrière rien. Il n'est pas question de dire que tout va bien. »

Genesio : « Il y a une double lecture suivant qu'on est à l'OL ou ailleurs »


Pas après deux matchs nuls consécutifs à domicile, contre Bordeaux (1-1) puis Hoffenheim (2-2), en ayant à chaque fois ouvert le score. Les Lyonnais avaient même deux buts d'avance face aux Allemands et évoluaient en supériorité numérique, avant de craquer malgré un système à trois défenseurs centraux. Un dispositif que Genesio ne s'interdit pas de réutiliser. « On a les joueurs pour jouer dans ce système. Il nous permet de garder le triangle au milieu, d'utiliser les qualités de nos latéraux qui sont très intéressants offensivement tout en sécurisant derrière avec trois défenseurs. Il y a Oumar Solet qui peut intégrer l'équipe et voir si un des latéraux peut parfois glisser dans l'axe. Je pense à Kenny Tete. » Là encore, le technicien rhodanien se moque des critiques qui sous-entendent que ses changements fréquents de système pourraient perturber son équipe : « Certains entraîneurs, même des plus grands, ont utilisé plus de systèmes que moi. Il faut analyser cela avec les joueurs disponibles. Lorsque cela se fait en France, le coach est critiqué. Il y a un traitement différent par rapport aux coaches étrangers. Il y a une double lecture suivant qu'on est à l'OL ou ailleurs. »


Genesio : « Memphis ? Son match n'a été ni catastrophique, ni inadmissible »


Même chose selon lui pour Memphis Depay, conspué par une grande partie du public du Groupama Stadium à sa sortie du terrain contre Hoffenheim et pointé du doigt dans les médias pour une prestation insuffisante. « Il y a une double lecture sur le match de Memphis. Son match est bon pour l'équipe. Il a montré de l'investissement. Son comportement a été bon. Il fait un grand nombre d'appels, de courses, de replis à l'image de Nabil Fekir. Son match n'a été ni catastrophique, ni inadmissible comme j'ai pu le lire. Je regrette qu'on stigmatise un joueur. On tient compte d'événements qui n'ont rien à faire dans une analyse de match. » Genesio a toutefois reconnu qu'il y avait « un problème d'agressivité parfois dans la zone de vérité » et un « manque de confiance ». Il a aussi admis qu'il y avait « forcément une explication mentale dans le fait d'encaisser des buts en fin de match ». « Ce n'est pas en rabâchant négativement les choses qu'on va régler cela », a-t-il ensuite assuré. Comme pour tenter de forcer la « positive attitude ».

A voir aussi :
>>> Toute l'actu de L1
>>> Toute l'actu de l'OL

Vos réactions doivent respecter nos CGU.