L1 - Lyon : Le vrai révélateur, c'est Dijon

L1 - Lyon : Le vrai révélateur, c'est Dijon©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mercredi 26 septembre 2018 à 08h57

Après une semaine idyllique, l'Olympique Lyonnais se rend à Dijon ce mercredi soir (19h00). Un adversaire très différent qui pourrait permettre à l'équipe de Bruno Genesio de mesurer ses progrès.

Le discours est carrément paradoxal. Mais l'Olympique Lyonnais a beau avoir enchaîné un exploit contre Manchester City (3-1) et une démonstration contre Marseille (4-2) en trois jours, c'est bien à Dijon que les progrès des hommes de Bruno Genesio seront jugés. Car trop souvent depuis deux ans, le club rhodanien a perdu des plumes face à des adversaires de cette catégorie-là. Pas plus tard que cette saison, Lyon a arraché un nul miraculeux à Caen (2-2), après avoir perdu à Reims (1-0). Il y a un an, tout en prenant 12 points sur 18 possibles face au reste du « Big Four », les Lyonnais s'étaient cassés les dents sur une toute petite équipe de Lille à deux reprises, avaient été accrochés par Angers et avaient chuté contre Strasbourg.


C'est donc sans aucun excès de confiance que l'OL se rendra au stade Gaston-Gérard ce mercredi soir (19h00). « Il faut qu'on soit vigilants. C'est souvent lors de ces matchs qu'on a le plus de mal. On a eu beaucoup de compliments et à juste titre après ces deux succès. Il faut vite se reconcentrer sur Dijon. J'espère qu'on aura appris de nos erreurs, on doit prendre conscience que chaque match est important et que Marseille ou Dijon valent trois points », a appuyé Bruno Genesio en conférence de presse d'avant-match. « Il faut retenir les erreurs du passé et cela commence dès demain à Dijon », a enchaîné son attaquant Martin Terrier.



Et si Dijon n'était pas un aussi bon test que ça ?
Lyon, qui sera privé de Nabil Fekir, Maxwel Cornet et Ferland Mendy, va devoir trouver le bon dosage pour relancer certains joueurs et en faire souffler d'autres sans perdre la confiance engrangée ces derniers jours. « On avait besoin de réagir. On ne peut plus descendre en-dessous d'un certain seuil. Il faut souligner l'état d'esprit. Ce n'est pas le même OL quand tout le monde joue ensemble. Je sens que c'est le début d'une série. Il faut profiter de la confiance engrangée », a confié Martin Terrier mardi. Comme d'autres, l'ancien Strasbourgeois pourrait bénéficier du turn-over en Bourgogne. Ce qui n'est pas pour rassurer le camp adverse. « Cela ne va pas dans notre sens quand il y a des joueurs qui entrent pour montrer quelque chose », craint Olivier Dall'Oglio.


Les plus méfiants diront cependant qu'un succès à Dijon ne chasserait pas tous les doutes. Car le DFCO ne joue pas forcément comme un candidat au maintien. Réputé pour prôner un jeu ouvert et porté vers l'avant, Olivier Dall'Oglio a souvent permis aux affiches entre les deux équipes d'aboutir à des scores très prolifiques (5,3 buts en moyenne par match sur les six confrontations en Ligue 1). Alors pour ce qui est d'un bloc bas, peut-être faudra-t-il patienter... un mois et le déplacement à Angers ! D'ici là, Nantes, le PSG et Nîmes ne semblent pas correspondre au portrait-robot. Tant mieux pour l'OL...


Vos réactions doivent respecter nos CGU.