L1 - Lyon : La commission de discipline de la LFP va se pencher sur l'édito des Bad Gones

L1 - Lyon : La commission de discipline de la LFP va se pencher sur l'édito des Bad Gones©Media365

Rédaction , publié le lundi 24 septembre 2018 à 20h10

La commission de discipline de la LFP a décidé de se pencher sur le tract anti-Marseille qui a été distribué dimanche soir au Groupama Stadium, selon RMC Sport. Le site précise que ce tract est en fait un éditorial du mensuel des Bad Gones, le « Mauvais Gone ». La justice a également saisi le dossier.

Cette affaire du tract très hostile à Marseille a fait beaucoup de bruit et va continuer de faire parler dans les prochains jours. Dimanche soir, ce texte très agressif aurait été distribué avant la rencontre entre l'OL et l'OM (4-2), disputée au Groupama Stadium, et a choqué bon nombre d'observateurs mais aussi Jean-Michel Aulas, révolté par cette affaire. Ce lundi, RMC Sport apporte des précisions sur le gros point noir de la soirée rhodanienne, expliquant d'abord que ce bout de papier est en fait l'éditorial du mensuel des Bad Gones - groupe de supporters du Virage Nord - intitulé « Mauvais Gone ». Et qu'il aurait en fait été distribué à faible échelle, puisque aucun document papier n'a été récupéré dans l'enceinte lors de son nettoyage dimanche soir.

Le commission de discipline impuissante ?


Quoiqu'il en soit, l'affaire n'est pas sans embarrasser la Ligue de football professionnel. Problème, « aucune accroche juridique ne semble possible » selon RMC, qui précise toutefois que la photo de l'édito qui a circulé sur les réseaux sociaux a été ajoutée dans le rapport du délégué du match. La commission de discipline de la LFP va ainsi se saisir de l'affaire le 3 octobre prochain, précise le site, et les dirigeants de l'OL seront convoqués, restant évidemment responsables des agissements à l'intérieur de leur stade. L'écurie du président Aulas continue en tout cas de mener son enquête, même si, dans des propos toujours rapportés par RMC, la vice-procureure a indiqué dans le PC sécurité du Groupama Stadium qu'aucune poursuite n'est possible car aucune personne physique n'est nommée est visée.

La justice saisit le dossier


Toutefois, le préfet du Rhône Stéphane Bouillon a signalé ce tract à la justice : "Le préfet du Rhône a jugé nécessaire de le signaler au procureur de la République de Lyon au titre de l'article 40 de procédure pénale, qui fait obligation aux hauts fonctionnaires de porter à connaissance au magistrat tout acte pouvant être considéré comme un crime ou un délit", a annoncé la préfecture lundi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.