Avant Leipzig et Saint-Etienne, l'OL entame contre Nantes une semaine à quitte ou double

Avant Leipzig et Saint-Etienne, l'OL entame contre Nantes une semaine à quitte ou double©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le vendredi 27 septembre 2019 à 23h03

Au bord de la crise après six matchs sans succès toutes compétitions confondues, Lyon se plongera samedi contre Nantes (13h30) dans une semaine tournant dans sa saison, avant d'affronter successivement le RB Leipzig en Ligue des Champions et Saint-Etienne en championnat. Un enchaînement qui définira en partie l'OL de cette saison.


Suivez les plus belles affiches sur la chaîne Canal+ et le premier mois est offert !



C'est déjà une semaine de vérité pour l'OL. Après le derby à Saint-Etienne dans huit jours, il aura plongé la tête en avant dans la crise et plombé sportivement la suite de sa saison. Ou il aura montré la force de caractère nécessaire pour réagir et relancé une dynamique positive après laquelle il court depuis un mois. Lyon reste sur six matchs sans victoires toutes compétitions confondues, depuis les débuts idylliques de Sylvinho sur le banc, avec des succès à Monaco et contre Angers. 9 buts marqués, aucun encaissé : tout ça était bien trop beau pour être vrai. Au-delà des résultats, le jeu déployé par les Gones laisse sceptique, y compris Juninho. « Ce qui est inquiétant, c'est qu'on produit moins de jeu, a reconnu le directeur sportif de l'OL au micro de la chaîne officielle du club. Cette équipe, avec le talent qu'elle a, est capable de produire, de prendre l'adversaire un peu plus haut, d'être un peu plus agressive. On a fait ça pendant les deux premiers matches et c'est ça dont on a discuté avec les joueurs, pourquoi on n'a pas réussi à le refaire. »

L'OL a tenu une réunion de crise

Les Lyonnais ont en effet tenu une réunion de crise ce vendredi. « Nous avons bien échangé à l'entraînement, tout le monde a pu donner ses sensations, a assuré Anthony Lopes peu après la séance, en conférence de presse. Plusieurs choses positives sont ressorties, notamment tactiques. Il faut montrer le vrai visage du groupe et de l'Olympique Lyonnais. Je pense que la discussion de ce matin était très importante. Beaucoup de personnes ont pris la parole, même ceux qui n'en ont pas l'habitude. » Des paroles auxquelles il faudra joindre les actes. Et vite. « Nous avons une semaine cruciale qui nous attend, avec les matches de Nantes, Leipzig et Saint-Étienne, a soufflé Lopes. Elle pourrait nous apporter beaucoup de positif pour la suite des événements. » Chacun pour leurs raisons, ces trois matchs auront en effet leur importance. En commençant par Nantes. Seulement 11eme de L1, l'OL est loin de ses ambitions du début de saison. Au contraire des Canaris, surprenants 4emes, quatre points devant l'OL.

Anthony Lopes a assuré que Lyon n'avait "pas existé" face au PSG

L'OL sous pression à Leipzig... et à Saint-Etienne

Leur venue au Groupama Stadium a tout de l'occasion à ne pas rater pour combler l'écart, d'après Lopes. Pour ne concéder un retard déjà problématique sur le Top 5. « Les Nantais viennent avec des intentions et ça me gêne un peu. Nous sommes l'Olympique Lyonnais, et se dire que des équipes viennent pour nous bousculer... Nous devons inverser la tendance. » Cette « colère », terme utilisé par Lopes, devra dès lors se traduire par une rébellion sur le terrain. Parce que si la réception de Nantes n'a encore rien de décisive dans ce marathon qu'est le championnat, le déplacement qui suivra en Ligue des Champions chez le RB Leipzig revêtira une toute autre importance. Après le nul à domicile contre le Zenit Saint-Pétersbourg (1-1), l'OL devra gagner en Allemagne, ou au moins ne pas y perdre, pour ne pas déjà mettre en péril son objectif d'atteindre les 8emes de finale pour la deuxième année de suite. S'il n'y a pas de victoire d'ici au derby à Saint-Etienne dimanche, la pression sera énorme dans le Chaudron.

Lopes au soutien de Sylvinho

Sur les joueurs et sur le coach. « Le groupe est très soudé malgré les résultats, a certifié Lopes. Quand la confiance sera de nouveau présente et que l'on enchaînera les bonnes performances, nous serons le rouleau compresseur que nous sommes capables d'être. Avec le coach, ça se passe très bien également. Il est très à l'écoute. C'est un jeune entraîneur, c'est la première fois qu'il est numéro 1. Nous devons l'aider à trouver les solutions et je suis sûr qu'il y parviendra. » Si ce n'est pas dans la semaine, la situation de Sylvinho deviendrait difficilement tenable. Ses tâtonnements tactiques crispent, comme ses ajustements en cours de match. En revanche, lui et l'OL ressortiraient renforcés si la semaine devait être bien négociée. Dans la tête, mais pas seulement. Surtout si devait émerger un système préférentiel, entre équilibre et qualité de jeu. Sous Bruno Genesio, il était fréquent qu'un résultat positif relance une dynamique et détermine un dispositif pour les semaines à venir. D'où l'impression que Lyon aborde un tournant qui façonnera, au moins en partie, la suite de sa saison. Dès le début de l'automne, ce n'est pas si courant.

A voir aussi :
>>> Toute l'actualité de la Ligue 1

Vos réactions doivent respecter nos CGU.