Aulas va attaquer Eyraud en justice !

Aulas va attaquer Eyraud en justice !©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mardi 17 mars 2020 à 10h01

Le président de l'OL assure qu'il va porter plainte en diffamation contre son homologue de l'OM, très critique, comme beaucoup, après la proposition de saison blanche formulée par "JMA".



Une tribune qui ne passe pas. Alors que Jacques-Henri Eyraud, dans le JDD, s'en est pris à Jean-Michel Aulas, critiqué par tout le football français, ou presque, après avoir évoqué l'idée d'annuler cette saison de Ligue 1 en raison de l'épidémie de coronavirus, une idée qui profiterait évidemment à l'OL, le président lyonnais assure qu'il va attaquer son homologue marseillais pour diffamation.

Dans le Journal du Dimanche, Eyraud avait notamment qualifié Aulas de "lider maximo, prêt à bondir sur un virus dévastateur pour occulter la saison difficile de son club en Ligue 1", et pointé du doigt son "égoïsme" et "l'indécence" de sa proposition, formulée dans un entretien au Monde. Invité sur RMC lundi soir, le boss de l'OL n'a donc pas laissé passer l'occasion de répondre à son rival, après l'avoir déjà égratigné sur Twitter, son terrain de jeu favori.

"C'est diffamatoire"

"Ce qui est déplacé, c'est la tribune d'Eyraud qui a été publiée dans le JDD. Mes avocats vont attaquer en diffamation. C'est diffamatoire", a-t-il lancé dans l'émission "Team Duga". Où il a une nouvelle fois fait référence au manque d'expérience dans le milieu du président de l'OM : "Je suis arrivé dans le foot, je n'y connaissais rien, mais c'était il y a 34 ans. J'essaie de faire en sorte d'apprendre là où je ne suis pas compétent".

Avant de tenter, tant bien que mal, de se défendre : "On a voulu me faire passer pour quelqu'un qui se préoccupe du fait que l'OL ne jouera pas l'Europe, mais on peut encore y arriver par le championnat, on joue aussi une finale de Coupe de la Ligue contre Paris, on est en 8es de Ligue des champions contre la Juve. Donc j'ai plus intérêt que d'autres à ce que la saison se termine. Ceux qui m'ont attaqué ont laissé penser que je n'étais pas préoccupé par l'intérêt général, ce qui est faux." Quelqu'un en doutait ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.