Nîmes : Un joueur juge " ahurissant " de reprendre le 11 mai

Nîmes : Un joueur juge " ahurissant " de reprendre le 11 mai©Media365

Aurélie SACCHELLI : publié le dimanche 26 avril 2020 à 16h54

Alors que, si le gouvernement l'autorise, les footballeurs professionnels français retourneront dans leur centre d'entraînement le 11 mai pour une éventuelle reprise de la saison mi-juin, le Nîmois Romain Philippoteaux a confié son inquiétude à La Provence.

Le plan de déconfinement sera présenté mardi par Edouard Philippe, mais en attendant, la Ligue de football professionnel a dévoilé vendredi dernier un scénario de reprise. Si les joueurs y sont autorisés, ils reprendront le chemin du centre d'entraînement la semaine du 11 mai, pour y passer de nombreux tests médicaux, et la saison, suspendue depuis mi-mars, pourrait reprendre à huis clos à la mi-juin. Une hypothèse qui inquiète beaucoup le Nîmois Romain Philippoteaux, comme il l'a confié ce dimanche dans les colonnes de La Provence.

Philippoteaux : "Jouer à huis clos, une hérésie"

« J'ai du mal à y croire. Les instances nationales insistent, mais quand on voit le nombre de décès par jour et toutes les grandes manifestations annulées jusqu'en septembre, je ne vois pas comment nous, au foot, ça peut être possible de reprendre les entraînements mi-mai et le championnat courant juin. Échafauder un plan pareil, je trouve ça ahurissant ! C'est trop précipité. S'il faut y aller, on ira, mais je n'ai pas l'impression qu'on s'occupe vraiment de la santé des joueurs. C'est pourtant préoccupant, et ce, d'autant plus que le jeune de Montpellier, Junior Sambia est touché par le Covid-19. Ça montre bien que personne n'est intouchable face au coronavirus, évidemment. (...) Vous savez, parfois, il vaut mieux tirer un trait sur quatre semaines de compétitions pour continuer à prendre toutes les précautions qui s'imposent et figer la saison en cours, avant d'entamer correctement la préparation fin juin et le championnat début août, aux dates normales, ce qui permettrait, en outre, de ne pas jouer à huis clos, ce qui est une hérésie. Mais on s'aperçoit qu'en haut lieu, chacun pense à l'aspect financier. Pas aux supporters ni aux joueurs. (...) De plus, nous, les footballeurs, on n'est déjà pas très bien vus au niveau de la société; là, on va encore passer pour des privilégiés qui ont le droit de sortir, alors que d'autres professions ne sont pas autorisées à reprendre le travail. » Les semaines qui viennent permettront d'en savoir plus...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.