Saint-Maximin et Vieira, plus qu'une simple histoire de terrain

Saint-Maximin et Vieira, plus qu'une simple histoire de terrain©Media365

David HERNANDEZ, publié le samedi 22 septembre 2018 à 07h40

Auteur du but de l'égalisation contre Rennes la semaine dernière, Allan Saint-Maximin est l'homme en forme de l'OGC Nice en l'absence de Mario Balotelli. Une réussite qui porte le sceau de Patrick Vieira, autant coach que guide pour l'ancien Bastiais.

Sur la Côte d'Azur, tous les regards ont été braqués sur le futur de Mario Balotelli pendant l'été. Restera ? Restera pas ? Le suspense a duré jusque dans les derniers jours du Mercato avant un dénouement heureux pour les Aiglons. Reparti pour une troisième saison, l'Italien n'en apparaît pas moins hors de forme depuis un mois et ses trois matchs de suspension pour la reprise du championnat n'ont rien arrangé. La méforme de « Super Mario » a donc poussé Patrick Vieira a improvisé et à recentrer Allan Saint-Maximin dans son 3-5-2. Les débuts ont été compliqués à l'image de tout un groupe mais depuis deux matchs, l'ancien Bastiais vole sur le terrain.

Saint-Maximin : « Je sens le coach derrière moi »

Auteur du but de la délivrance pour la première victoire niçoise de la saison à Lyon, l'international Espoirs a récidivé contre Rennes. Virevoltant comme à son habitude, les défenseurs rennais ont eu toutes les peines du monde à l'arrêter et sa réalisation n'a été que le fruit d'un match plein. De quoi réjouir Patrick Vieira car les deux hommes ont noué une relation qui semble dépasser les limites du carré vert. « Franchement, c'est un coach que j'apprécie énormément, a soufflé Saint-Maximin après la rencontre face aux Rennais. [...] Il trouve les bons mots, surtout avec moi. Je le sens derrière moi. C'est comme avec ses parents que l'on ne veut surtout pas décevoir. » La confiance, un mot qui guide les performances du jeune ailier et son entraîneur l'a bien compris.

A un but de son record en saison

Dans ce groupe jeune, le champion du monde 98 a donc avant tout l'étiquette d'un mentor plus que d'un coach à part entière. Un rôle paternel qu'il s'emploie à utiliser lors des séances d'entraînements et des matchs en haranguant ses troupes, Allan Saint-Maximin en tête. « Nous discutons beaucoup, il prend bien les informations. Il est bourré de talent », s'enthousiasme son coach. A 21 ans et après déjà cinq saisons chez les pros, serait-ce enfin l'âge de la raison pour le natif de Chatenay-Malabry ? Son début de saison semble le prouver même si tout n'est pas parfait encore. « C'est un joueur rare qui sait qu'il doit travailler, avoue Patrick Vieira. Il doit encore comprendre le jeu de mieux en mieux, notamment quand il faut jouer seul et quand il faut le faire avec ses coéquipiers. » Les progrès sont là sous la houlette de l'ancien coach de New-York City et l'accolade lors du but égalisateur la semaine dernière est révélateur. Le duo Vieira - Saint-Maximin a tout pour s'entendre et épauler au mieux Balotelli. Bien loin de l'époque où Lucien Favre s'arrachait les cheveux devant l'individualisme du feu-follet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.