Nice : Mario Balotelli, un adversaire pas comme les autres

Nice : Mario Balotelli, un adversaire pas comme les autres©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 10 mars 2019 à 07h30

Deux mois à peine après une rupture douloureuse avec Mario Balotelli suite à une demi-saison catastrophique, Nice retrouvera dimanche (21h00) l'attaquant italien, désormais à Marseille. Evidemment pas anodin.

« Je n'avais plus la tête à Nice lors des cinq premiers mois de la saison, je n'étais pas à Nice. » Mario Balotelli ne s'en cache même pas, dans un entretien publié dans La Provence daté de samedi : il n'était plus lui-même sous le maillot des Aiglons. Aucun but marqué en 10 matchs joués sans envie par l'attaquant italien, qui en avait planté 43 en 66 matchs pour le Gym sur les deux saisons précédentes, ce n'était pas le fruit du hasard ou d'une quelconque méforme. C'était une question bien d'envie. C'est d'autant plus évident que Balotelli a retrouvé son meilleur niveau à peine son aventure Nice terminée pour en débuter une nouvelle avec Marseille. « Ça peut être une source de motivation en face, en se disant qu'il n'a pas bien fonctionné en début de saison et que maintenant il fonctionne bien chez nous », a reconnu Rudi Garcia vendredi en conférence de presse, à 48 heures du derby méditerranéen en clôture de la 28eme journée du championnat ce dimanche (21h00).

Balotelli, Vieira ne veut pas en faire une affaire personnelle

Balotelli en est déjà à 4 réalisations en seulement 404 minutes de L1. Il a participé à la relance de l'OM, qui reste sur cinq matchs consécutifs sans défaite avant de recevoir l'OGCN. Forcément, le voir s'épanouir ainsi chez le voisin marseillais ne plait pas à tout le monde sur la Côte d'Azur. Mais Patrick Vieira, avec qui Balotelli estime que « la relation entraîneur-joueur n'était pas très bonne », ne veut pas faire de ces retrouvailles une affaire personnelle. « C'est un décalage conséquent, mais on s'est peut-être mis dans cette situation tous seuls, a soufflé l'entraîneur niçois vendredi devant les journalistes. Au début, Mario voulait partir. Après il a changé d'avis et on en était contents. Malheureusement, ça n'a pas tourné comme on le souhaitait. Mais on s'est donné les moyens de bien travailler ensemble et de réussir. Ça n'a pas été le cas. Il a décidé de partir, il est en train de marquer à Marseille. Ça se passe bien et tant mieux pour lui. (...) Ça prouve qu'il avait besoin d'autres sources de motivation, il avait envie d'autre chose. »

« Balotelli ? Ça n'a pas marché, on a tourné la page »

Dès lors, vouloir le relancer à Nice lors de la phase aller était un débat perdu d'avance ? « Je ne pense pas, j'aurais peut-être pu faire autre chose pour faire que les choses marchent. Je pense avoir tout essayé, pareil pour lui de son côté. Mais ça n'a pas marché, on a tourné la page. » Ça, c'est le sentiment du coach Vieira. Parce que Malang Sarr, joueur de Nice depuis ses six ans et adversaire direct de Balotelli dimanche, était dans un ton légèrement plus incisif. Le défenseur de 20 ans a même assuré qu'il était « indifférent » à la situation de son ex-coéquipier. « Ça lui tient à cœur de faire des bons débuts quand il arrive quelque part. Il est en réussite à Marseille. C'est bien pour lui, mais ça reste un joueur qui n'est plus à l'OGC Nice. »

« Balotelli ? Quand on est joueur, on lui en veut »

Sarr garde toutefois de l'amertume quant à l'attitude de « Super Mario » cette saison et lui reproche d'avoir abandonné le groupe. « Quand on est joueur, on lui en veut, c'est sûr, parce qu'on aurait aimé que tous les joueurs de l'équipe soient concernés. Quand il y a un élément qui se met tout seul à part et qui décide de ne pas s'intégrer, de ne pas être dans le projet de tout le club, c'est gênant. Après on doit faire abstraction de tout ça. On est un groupe, on ne doit pas s'arrêter sur un seul joueur. Ce qu'il a fait, c'est dommage, on aurait pu vivre de meilleurs moments avec lui. Mais on a respecté son choix et fait avec. » Le discours offensif de Sarr montre bien que Balotelli ne sera pas géré comme un autre attaquant par la défense niçoise. Et cette fois, c'est l'Italien qui devra faire avec.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.