Nice a deux matchs pour y voir plus clair... à court terme

Nice a deux matchs pour y voir plus clair... à court terme©Media365
A lire aussi

Arthur Merle, publié le vendredi 01 février 2019 à 09h54

En déplacement à Lille vendredi soir - avant de recevoir Lyon - l'OGC Nice veut se donner une idée « plus claire » de ce qu'il peut ambitionner dans cette deuxième partie de saison. Mais même en cas de bons résultats dans ces chocs, le Gym peut-il vraiment viser plus haut ?

Qu'il est difficile d'y voir clair concernant Nice cette saison. Quand le Gym vit un début d'exercice compliqué, il s'impose à Lyon (0-1) fin août. Quand il enchaîne quatre victoires consécutives entre fin octobre et fin novembre, il retombe sur terre avec quatre rencontres de suite dans succès. Résultat, les Aiglons sont septièmes de Ligue 1 à l'aube de la 23eme journée. Six points les séparent du podium. Six autres de la 12eme place occupée par Bordeaux. Alors au moment de se rendre à Lille puis d'accueillir Lyon en dix jours, la formation coachée par Patrick Vieira - invaincue en championnat en 2019 - semble arriver à un vrai tournant. « Je pense que ça va nous donner une idée un peu plus claire de ce à quoi on peut prétendre dans ce championnat, admettait l'entraîneur niçois en conférence de presse mercredi. Et puis après, on aura Lyon à la maison. C'est vrai qu'à l'aller, on avait fait deux très bons matchs contre ces deux équipes. On va voir si on est capables de renouveler ce genre de performances ».


Nice a embêté plus d'un gros
Viser plus haut - et plus précisément les places européennes - commence effectivement par s'offrir le scalp de gros morceaux du championnat. Nice l'a déjà fait à Lyon, donc, mais aussi au match aller contre Lille (2-0), et dans des moindres mesures contre Rennes (2-1) et contre Bordeaux, deux fois. « Ce sont des matchs contre des concurrents de haut de tableau et en les gagnant, on resserrerait encore plus le championnat et le haut de tableau. On a de très bons coups à jouer, à nous de ne pas les rater », insistait de son côté Pierre Lees-Melou.  Quatrième meilleure équipe à l'extérieur, l'OGCN peut également s'appuyer sur sa solidité dans ce genre de rencontres, puisqu'il dispose de la troisième meilleure défense de l'élite. En revanche, c'est devant que ça se gâte, puisque le club azuréen présente la deuxième pire attaque du championnat. « Lille est une équipe qui, sur le plan offensif, marque à tout moment. Et ils ont l'effectif pour continuer comme ça jusqu'à la fin de la saison » rappelait Vieira devant les journalistes, par opposition. Et pas par hasard.


Nice, un Mercato qui n'incite pas à l'optimisme
L'ancien coach de New York City a en effet attendu - en vain - des renforts offensifs tout au long du Mercato. Mario Balotelli - certes méconnaissable depuis six mois - est parti à Marseille et n'a pas été remplacé. Et le secteur offensif repose plus que jamais sur Allan Saint-Maximin (cinq buts, trois passes décisives en Ligue 1). Le pire dans l'histoire ? L'ancien Stéphanois a été annoncé sur les tablettes du Milan AC dans les dernières heures de cette période de tractations. Ce à quoi Vieira aurait répondu par une menace de démission. Malgré une vraie capacité à faire progresser les jeunes, le coach français sera forcément pénalisé à l'échelle d'une deuxième partie de saison. Son effectif semble trop juste pour viser haut sur la durée, et le Mercato aurait dû lui apporter quelques certitudes. Au lieu de ça, il a laissé l'OGCN sans renforts, dans un climat de tensions, et avec un nouveau Directoire. Loin des promesses Riyad Boudebouz, Younès Belhanda ou encore Facundo Ferreyra, un temps envisagées...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.