L1 - Nice : Sneijder va devoir cravacher pour retrouver sa place

L1 - Nice : Sneijder va devoir cravacher pour retrouver sa place©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le vendredi 22 septembre 2017 à 11h42

Ces dernières saisons, les étoiles décrochées par l'OGC Nice sur le marché des transferts ont toujours brillé. Il est encore bien trop tôt pour affirmer sans retenue que Wesley Sneijder fera office d'exception confirmant la règle. Mais force est de constater que le génial Néerlandais est embourbé dans un contexte délicat.

A ce jour, la situation semble irréversible, même si, après trois semaines de mise à l'écart, une nouvelle convocation dans le groupe niçois lui entrouvre la porte. Sa tâche est colossale. Et elle débutera peut-être ce vendredi (19h00) lors de la réception d'Angers, dans le cadre de la septième journée de Ligue 1. Il devait être le maître à jouer de l'équipe la plus séduisante du championnat, former, au côté de Jean-Michaël Seri, un binôme sexy comme nul autre, et distribuer, à tour de jambes, des caviars à son ancien acolyte de l'Inter Milan, Mario Balotelli. Un mois et demi après son arrivée, le milieu de terrain n'a entamé aucune de ces missions. Avant cela, il a d'autres prérequis à remplir, à commencer par parfaire sa condition physique. Le joueur de 33 ans cherche encore à se débarrasser de deux à trois kilos superflus, comme l'a révélé le journal L'Equipe. « Wesley est arrivé tard chez nous donc il faut lui laisser le temps de retrouver sa forme. Quand on est un très bon technicien, si la condition physique n'est pas optimale, tout est un peu plus difficile », confiait Jean-Pierre Rivère, président des Aiglons.
Un moral à soigner
Retrouver la ligne ne devrait être qu'une formalité pour l'ancien meneur de jeu de l'Inter. Récupérer une place de titulaire sera en revanche une charge autrement plus ardue. Le natif d'Utrecht devra, d'abord, outrepasser un déficit psychologique, n'ayant pas véritablement digéré les mises à l'écart que Lucien Favre lui a infligées lors des deux dernières rencontres, en Ligue Europa à Zulte-Waregem et en Ligue 1, dimanche dernier, à Rennes, alors qu'il était parfaitement apte à accompagner ses coéquipiers. Techniquement, il devra ensuite trouver les ressources pour se réinventer. Car sans lui, Nice a bien changé. Et débuté une juteuse dynamique sportive, rythmée par trois succès impeccables face à Monaco (4-0), en Belgique (5-1) et en Bretagne (1-0), alors que la dernière titularisation du Néerlandais coïncide avec la raclée subie à Amiens (3-0) à la fin du mois d'août.
Une place à aller chercher
Surtout, ce renouveau sportif a été impulsé par un nouveau schéma tactique en 4-4-2, où deux joueurs de couloirs, Pierre Lees-Melou et Allan Saint-Maximin, accompagnent un duo Balotelli - Pléa toujours plus complémentaire. De quoi donner quelques sueurs froides à Sneijder, joueur dont le talent s'exprime pleinement dans l'axe, actuellement occupé par deux hommes bien plus disciplinés et attachés à la récupération que lui, à savoir Jean-Michaël Seri et Vincent Koziello. Dans ce cadre, l'international des Pays-Bas devra se contenter des petits bouts de matchs que son entraîneur lui offrira pour se montrer convaincant, bien plus que lors de ses premières sorties avec les Aiglons. Car Lucien Favre n'est pas du genre à accorder des passe-droits, même pour des cadres au curriculum vitae long comme le bras. Mais il n'est pas non plus un coach figé sur ses positions. C'est une opportunité pour le Néerlandais. Elle est encore très mince.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.