L1 - Nice : Saint-Maximin a été façonné par Favre

L1 - Nice : Saint-Maximin a été façonné par Favre©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 01 octobre 2017 à 09h04

Pris en main par son entraîneur Lucien Favre, Allan Saint-Maximin démontre match après match tout son talent avec l'OGC Nice.

Allan Saint-Maximin était « persuadé » d'avoir fait le bon choix, il n'a pour le moment aucune raison de le regretter. Au moment de sa présentation à Nice, celui qui est arrivé de Monaco contre dix millions d'euros était certain de débarquer dans l'environnement parfait pour son évolution. « L'OGC Nice est en développement, et moi aussi, j'ai besoin de progresser. » A voir sa courbe de performances grimper match après match, Saint-Maximin est dans le bon tempo.Il a inscrit jeudi son deuxième but en autant de matchs de Ligue Europa cette saison, contre le Vitesse Arnhem (3-0). Le tout pour couronner une prestation pleine, comme il les enchaîne depuis des semaines. Si le Gym va beaucoup mieux depuis la trêve internationale, le natif de Châtenay-Malabry (20 ans) n'y est pas pour rien.

Saint-Maximin, le dernier d'une longue liste
Bien au contraire. « Grâce au coach, il trouve du poids, de la confiance, un équilibre aussi, a confié Christophe Jallet au micro de la chaîne officielle du club après la rencontre de jeudi. On peut parfois penser qu'il est fou-fou, qu'il en rajoute, mais il est très juste dans ses choix en ce moment. Il est vraiment sur la bonne voie pour devenir un très grand joueur. » Comme d'autres avant lui, d'Alassane Pléa à Arnaud Souquet, en passant par Wylan Cyprien, Jean-Michaël Seri ou Dalbert, Saint-Maximin prend une autre dimension sous la coupe de Lucien Favre. Réputé pour façonner des diamants bruts pour les rendre meilleurs et leur inculquer sa vision du football, le technicien suisse se réjouissait dès sa signature de travailler avec l'attaquant formé à Saint-Etienne, tout en prévenant : « Mon sentiment sur Allan, c'est qu'il a un gros potentiel, ce qui veut dire qu'il y a des choses à développer et à améliorer, mais c'est tout à fait logique à vingt ans. (...) Il y a tout un travail tactique de replacement, de démarquage, et il faut perfectionner des tas de choses au niveau technique. »
Favre : « Il faut que ça joue avec le collectif »
Sous-entendu Saint-Maximin allait devoir s'y filer pour ne pas se mettre en marge du collectif. Favre n'avait d'ailleurs pas manqué de le rappeler à l'ordre après le barrage retour de Ligue des Champions contre Naples (0-2), où il avait semblé surnager dans le marasme niçois. Pas selon l'ancien coach du Borussia Mönchengladbach : « Il faut que ça joue avec le collectif. C'est facile de courir avec le ballon, après il faut jouer juste avec les autres. Combiner à deux-trois joueurs, savoir déstabiliser les autres équipes, c'est encore autre chose. Il y a énormément de travail, de boulot, et ça va prendre du temps, croyez-moi. » Favre dramatisait certainement la situation, à une période de la saison où il broyait du noir, entre le Mercato perturbateur et les mauvais résultats qui s'accumulaient. Surtout qu'il n'a pas fallu tant de temps que ça à Saint-Maximin pour prendre la mesure de ce que lui demandait son coach.
Saint-Maximin : « Favre s'affirme comme le coach parfait »
Une passe décisive dans le derby contre Monaco (4-0) a lancé un mois de septembre où l'ancien de Hanovre (1 but en 16 matchs de Bundesliga) et de Bastia (3 réalisations en 34 apparitions en L1) a oscillé entre le bon et l'excellent. Une réussite qu'il doit en grande partie à Favre, de son propre aveu. « Il sait être dur avec moi quand j'en ai besoin, être gentil et plaisanter quand il le faut aussi. Je ne pensais pas qu'il me ferait aussi vite comprendre des choses qui étaient peut-être inaudibles pour moi auparavant. Vraiment, je ne pouvais pas espérer mieux. Je connais mes qualités et mes défauts, ce que je considère comme une chance. Mais il y a une différence entre savoir et appliquer ce que l'on sait. Lucien Favre s'affirme comme le coach parfait. Il fait un tel travail pour moi qu'il me donne envie d'apprendre encore plus. Et ça se voit sur le terrain. » Le désormais fameux « effet Favre », qui profite au joueur et au groupe. Voilà pourquoi Jean-Pierre Rivère a tout fait pour retenir son coach, courtisé par le Borussia Dortmund l'été dernier. Parce que la vraie botte secrète de l'OGCN, elle est sur son banc.

 
0 commentaire - L1 - Nice : Saint-Maximin a été façonné par Favre
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]