L1 - Nice : Jean-Pierre Rivère ne parle pas de crise

L1 - Nice : Jean-Pierre Rivère ne parle pas de crise©Media365

Robert LANGER, publié le dimanche 22 octobre 2017 à 18h55

Malgré la défaite de dimanche contre Strasbourg (2-1, 10eme journée de Ligue 1), le président niçois Jean-Pierre Rivère ne veut pas parler de crise.

Privé de Mario Balotelli et de Jean-Michaël Seri, Nice s'est incliné lors de la réception de Strasbourg (2-1, 10eme journée de Ligue 1), dimanche après-midi. Il s'agit de la quatrième défaite de rang, toutes compétitions confondues, mais il n'est pas question de parler de crise pour les Aiglons (qui pointent aujourd'hui à la quatorzième place du classement). « On ne parle pas de crise, explique le président Jean-Pierre Rivère dans des propos relayés sur le site officiel du Gym. C'est le football, on a une très mauvaise passe : à nous de travailler pour redresser la barre. Il n'y a pas d'autre solution. »
Rivère : « Les défaites sont collectives »
Jean-Pierre Rivère estime qu'il manque « pas mal de petites choses », mais ce n'est pas le moment de pointer du doigt tel ou tel joueur. « Je ne vais pas parler des chemins individuels, car les défaites sont collectives et non pas individuelles. Par contre, c'est tout un groupe qui doit reprendre confiance en lui. Parce que, que l'on le veuille ou non, la confiance est importante. Le petit déclic, ça compte. »
Rivère : « Le pire, c'est la perte de confiance »
Surtout avec un déplacement qui se profile sur la pelouse du Parc des Princes, vendredi prochain. « A la limite, vous perdez au Parc, il n'y a rien d'illogique, avance le boss azuréen. Ce n'est pas ce type de match le plus important. Le plus important, c'est de gagner un match comme Strasbourg. C'est une bonne équipe, mais on aurait dû gagner. (...) Le pire, c'est la perte de confiance. (...) Et la seule solution pour sortir de cette passe-là, c'est le travail. »



A voir aussi : 
>>> Le résumé de Nice - Strasbourg
>>> Favre et les limites actuelles du Gym

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU