L1 - Nice : Jean-Pierre Rivère attribue le faux-départ de Jean-Michaël Seri au FC Barcelone

L1 - Nice : Jean-Pierre Rivère attribue le faux-départ de Jean-Michaël Seri au FC Barcelone©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 03 septembre 2017 à 19h55

Jean-Pierre Rivère est revenu dans un entretien diffusé dimanche sur Canal+ sur le faux-départ de Jean-Michaël Seri de Nice. Un épisode que le président de l'OGCN attribue à la volte-face des dirigeants du FC Barcelone alors que tout était calé pour son transfert.

A chacun sa version de l'un des feuilletons de l'été. Alors que Jean-Michaël Seri avait reproché son faux-départ pour le FC Barcelone aux dirigeants de l'OGC Nice et l'avait attribué à une surenchère de dernière minute dans les négociations, selon des propos rapportés par Mundo Deportivo -« Ils ne m'ont pas regardé dans les yeux, ils m'ont promis une chose, mais n'ont pas respecté leur parole »-, Jean-Pierre Rivère a contredit son joueur. Dans un entretien accordé à Canal+ et diffusé dans le Canal Football Club ce dimanche, le président du Gym a indiqué que ce sont les dirigeants catalans qui ont reculé au dernier moment.
Rivère : « Je me mets à la place de Micka, c'est son rêve d'aller au Barça »
Un accord avait pourtant été trouvé pour un transfert à 40 millions d'euros, soit le montant de la clause libératoire signée sous sein privé par Nice et Seri au moment de son arrivée au club. Mais ça, c'était avant la volte-face du Barça. « Mercredi matin (le 23 août, au lendemain du barrage retour de Ligue des Champions entre Nice et Naples), Julien Fournier (le directeur général de Nice) m'appelle tôt, à 9h, il me dit : 'Jean Pierre je ne comprends pas, je viens d'avoir un appel du Barça, ils me disent qu'ils arrêtent sur Micka', a raconté Rivère. L'après-midi, j'ai Josep Bartomeu (le président du FC Barcelone), un peu gêné, qui me dit : 'Jean-Pierre, c'est la première fois que ça nous arrive, nos techniciens ont décidé de ne pas faire Micka Seri. Ce n'est absolument pas un problème d'argent'. Le jeudi matin, c'est confirmé définitivement, ils ne font pas Micka Seri. Et là, ça part en vrille. J'ai dit au Barça : 'vous m'avez foutu un joueur en l'air', parce qu'il avait un contrat prêt. Je me mets à la place de Micka, c'est son rêve d'aller au Barça et du jour au lendemain, ça casse. »
Une revalorisation comme consolation ?
Dans les dernières heures du Mercato estival, Seri a aussi été proche de rejoindre le PSG. Un accord avait été trouvé entre le club parisien et Nice pour un prêt payant à 15 millions d'euros, avec une option d'achat à 25 millions d'euros et l'inclusion d'Hatem Ben Arfa dans la transaction. Sauf que l'attaquant parisien a refusé de revenir chez les Aiglons, où il avait brillé lors de la saison 2015-16 (17 buts en L1), jusqu'à figurer parmi les réservistes en équipe de France pour l'Euro 2016. Là encore, c'était indépendant de la volonté de Seri, qui n'aura pas été aidé par les circonstances cet été. Résultat, il est encore niçois et pourrait bénéficier d'une revalorisation salariale dans les prochaines semaines. Un lot de consolation avant de probablement s'envoler vers d'autres cieux l'été prochain.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU