Pour le FCN, l'année ou jamais pour passer devant le rival rennais

Pour le FCN, l'année ou jamais pour passer devant le rival rennais©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le samedi 25 novembre 2017 à 08h30

Cinquième de Ligue 1, Nantes a connu un premier tiers de championnat quasi-idyllique, alors que Rennes a déjà essuyé plusieurs déconvenues sportives et extra-sportives. Le derby de ce samedi (17h00) sonne clairement comme le moment ou jamais pour le FCN de prendre l'ascendant.



Nantes et les derbies, c'est une histoire chaotique au 21eme siècle. A peine une victoire depuis 2005, et une difficulté encore plus grande à la Beaujoire. Bonne nouvelle, c'est au Roazhon Park que se déroule le premier affrontement ce samedi après-midi (17h00), là même où les Canaris s'étaient imposés en 2013-14 (1-3), et là même, aussi, où un but de Joris Gnagnon dans les dernières minutes était venu les priver d'un autre succès il y a quelques mois (1-1). Mais cette fois, quelque chose a changé dans ce rapport de force très souvent dominé par le Stade Rennais depuis une décennie. Nantes aborde ce derby de Bretagne en qualité de cinquième du championnat, quand le SRFC reste menacé par la zone rouge après sa défaite à Strasbourg samedi dernier. Pourtant, Claudio Ranieri se méfie grandement de cette formation rennaise.

Ranieri : « Je suis sûr que Rennes aura une réaction d'orgueil »

« Ils ont fait de bonnes choses, et ils ont changé d'entraîneur. Quand on change d'entraîneur, on veut toujours montrer une réaction. Ils ont perdu à Strasbourg et joueront leur premier match à domicile. Et en plus c'est un derby ! C'est encore plus difficile pour nous, analyse l'Italien. Je suis sûr qu'il y aura une réaction d'orgueil. L'orgueil et la motivation sont les plus importants, dans tous les travaux. » Mais l'orgueil de ses propres joueurs a aussi été touché samedi dernier au Parc des Princes. La gifle reçue a aussi rappelé que la défense restait un chantier permanent dans lequel la moindre baisse d'attention se payait cher. Au Roazhon Park, face à une attaque très peu performante depuis le début de la saison, Diego Carlos et ses partenaires savent qu'ils porteront une grande part du résultat de leur équipe.

Dubois : « On se fait plus siffler que d'habitude... Moi j'aime bien ! »

Et pour les rappeler à leur tâche, ils pourront compter sur leur capitaine Léo Dubois. Formé à Nantes, celui-ci sait mieux que quiconque l'importance d'un déplacement en terre rennaise. « C'est particulier. Je sais comment ça se passe maintenant. Ce sera à nous d'être bons sur le terrain. Il y a une grosse intensité, beaucoup de duels. Le parfum est différent parce que les gens autour parlent beaucoup de ça, quand tu rentres dans le stade tu te fais beaucoup plus siffler que d'habitude... J'aime bien ces ambiances. Je n'aime pas être mis dans un confort, je suis meilleur », s'amuse l'arrière droit du FCN, qui réalise un début de saison au moins aussi bon que son équipe. Une victoire permettrait aux Canaris de compter onze points d'avance sur le Stade Rennais. Le genre de chiffre qui donne une sacrée confiance en soi pour la suite. « C'est un match qui va être important pour bien entamer le mois qui nous reste. C'est important de gagner pour la confiance », confirme Léo Dubois.

Ranieri : « En dehors de l'Italie, j'ai perdu des derbies. Mais pas beaucoup »

Et si cette fois, c'est peut-être l'année ou jamais pour les Canaris, c'est aussi parce qu'ils peuvent compter sur la présence de Claudio Ranieri sur leur banc. Derrière ses petites lunettes, l'ancien coach de Leicester et son aura suffisent à donner une autre dimension à cette rencontre. Surtout que lui, passé par Chelsea, la Juventus, la Roma ou encore Valence, les derbies, il connait ! « Je connais les derbies. Ce sont des matchs particuliers, très difficiles. Mais on a de l'expérience et les joueurs sont forts. Ce sera un bon derby », prophétise l'entraîneur nantais, conscient que son passé parle pour lui : « En Italie, je n'en ai jamais perdu. Mais j'ai perdu quelques derbies à l'étranger... pas beaucoup ! », s'empresse-t-il de préciser. En France, il est à trois sur trois. Trois succès contre Nice avec Monaco lors de la saison 2013-14, dont un en Coupe de France. Un carton plein à entretenir dans l'ouest de la France.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.