Nantes : Girotto aime la discipline de Kombouaré

Nantes : Girotto aime la discipline de Kombouaré©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le dimanche 14 mars 2021 à 16h42

Le nouveau capitaine de Nantes, Andrei Girotto, qui se rend dimanche soir à Paris, apprécie la discipline du nouvel entraîneur Antoine Kombouaré.



Le dernier match de la 29eme journée de Ligue 1 se disputera dimanche soir (coup d'envoi à 21 heures) au Parc des Princes entre le Paris-SG et le FC Nantes. Suivant le résultat de Monaco-Lille, le PSG pourra peut-être songer à prendre la tête du classement. Quant à Nantes, 19eme au coup d'envoi à deux longueurs de Nîmes, accroché sur son terrain par Montpellier (1-1) en début d'après-midi, il devra y avoir exploit pour espérer grimper un peu.

On le sait, le FCN vit une saison très compliquée traversée par le passage de plusieurs entraîneurs sur le banc. « On sortait d'une saison où on avait fait des bons matches. On s'est dit qu'on pourrait recommencer, que ça irait naturellement. Mais ça ne marche pas comme ça. On manquait d'engagement et d'intensité. On s'en est rendu compte quand on était déjà en difficulté », explique Andrei Girotto dans L'Equipe, dimanche.

Girotto : « Tout le monde faisait ce qu'il voulait »

Le nouveau capitaine des Canaris explique qu'il y a eu un excès de confiance avec Christian Gourcuff puis il glisse un petit tacle à Raymond Domenech qui ne sera pas resté très longtemps aux manettes. « Un peu avant son départ (de Gourcuff), on s'est rassemblés entre joueurs, on s'est dit qu'il fallait faire plus mais les choses ne changent pas aussi vite qu'on l'espère. Il est parti (limogé le 8 décembre) et Domenech est arrivé avec un autre style de jeu, avec une autre mentalité. Ça n'a pas fonctionné non plus (il a été limogé le 10 février, après 7 matches seulement). Il était plus calme, moins dur. Mais à ce moment-là, on n'avait pas besoin de ça. Tout le monde faisait ce qu'il voulait », souligne Girotto qui précise que « heureusement Kombouaré est arrivé. Il a les idées que j'aime. »

« Il faut être solidaire parce que si on lâche, c'est mort »

« Tout commence par la discipline de groupe. Il faut arriver à l'heure, être respectueux avec les autres, faire preuve la loyauté et montrer du caractère sur le terrain », apprécie Girotto qui reconnait trop de laisser-aller auparavant. « Mais avec l'arrivée de Kombouaré, tout a changé », glisse le capitaine pour qui tout est encore possible. « Même à Paris, on ira pour chercher des points. Avec l'état d'esprit qu'on a retrouvé aujourd'hui, on peut espère quelque chose », explique le joueur nanatais, conscient que « ce sera difficile jusqu'à la fin. Mais si on enchaîne deux ou trois victoires, on retrouvera la confiance. Il faut être solidaire parce que si on lâche, c'est mort. Il faut se battre jusqu'à la fin ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.