Longtemps dans l'ombre, Abdoulaye Touré est enfin entré dans la lumière

Longtemps dans l'ombre, Abdoulaye Touré est enfin entré dans la lumière©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le dimanche 15 octobre 2017 à 07h54

Formé à Nantes, Touré n'a manqué aucun match depuis le début de la saison. Et pour cause : celui qui a longtemps été tenu à l'écart du onze de départ est désormais un élément incontournable du système mis en place par Ranieri.

Pendant presque trois ans, son nom fut associé à un gros couac. Le 10 août 2013, le FC Nantes reçoit le SC Bastia à la Beaujoire. A une vingtaine de minutes de la fin de la rencontre, Michel Der Zakarian lance dans le grand bain le jeune Abdoulaye Touré, 19 ans, qui effectue ainsi ses grands débuts au sein de l'élite française. Les Canaris s'imposent (2-0) et l'histoire aurait normalement dû en rester là. Mais le club corse dépose une réclamation à l'issue du match. Les dirigeants du Sporting pointent du doigt l'entrée en jeu de Touré, qui était censé être suspendu. S'ensuivent plusieurs recours devant la justice et une sanction inévitable pour le FCN, qui perd finalement cette rencontre sur tapis vert. Un verdict confirmé de manière définitive par le Conseil d'Etat en mai 2016.
« L'affaire des trois points » lui colle à la peau
Impliqué bien malgré lui dans cet imbroglio administratif, Abdoulaye Touré n'apparaît plus en équipe première. La saison suivante, il est prêté au Poiré-sur-Vie. Mais « l'affaire des trois points » le suit toujours. « On m'en parle de moins en moins mais on m'en parle encore, confessait-il à l'occasion d'une interview accordée à 20 Minutes. De toute façon, cette affaire va me suivre un moment. Je veux redevenir un joueur de football normal. Il faut que je redevienne Abdoulaye Touré et non pas le Touré de l'affaire des trois points. » Avant d'ajouter : « Je suis Nantais. Mon rêve absolu serait d'être titulaire indiscutable dans mon club. Je dois travailler mais ce n'est pas impossible ». Un objectif qui ressemble à un vœu pieux difficilement réalisable. De retour du côté de la Jonelière à l'été 2015, Touré n'apparaît que quatre fois en championnat en 2015-2016. C'est mieux lors de l'exercice suivant, où le milieu récupérateur est utilisé à douze reprises en L1. En juin 2017, le natif de Malakoff arrive au terme de son contrat et se trouve alors à la croisée des chemins : partir libre afin de trouver un nouveau point de chute, ou prolonger dans le but d'enfin percer au sein de son club formateur.
Touré : « C'est au coach Ranieri que je suis redevable »
C'est finalement la deuxième option qui est choisie, notamment grâce à l'insistance de Sergio Conceiçao. Le technicien portugais, qui n'avait alors pas encore succombé au chant des sirènes du FC Porto, souhaitait absolument conserver ce grand et rugueux milieu de terrain (1,93m). Ce dont Claudio Ranieri ne saurait se plaindre. Depuis son arrivée sur les bords de l'Erdre, l'ancien coach de Leicester a toujours titularisé Touré, qui est le Canari affichant le plus gros de temps de jeu en L1 cette saison (704 minutes). Certes, les blessures de Valentin Rongier et de Diego Carlos, ainsi que les arrivées tardives d'Andrei Girotto et de Rene Khrin y sont peut-être pour quelque chose. Mais toujours est-il que le milieu formé à la Jonelière, souvent raillé pour sa présumée maladresse technique, a su progressivement s'imposer et faire taire les sceptiques. « Je n'écoute pas les critiques, a-t-il déclaré en conférence de presse. C'est sûr, je n'avais pas en début de saison le niveau que j'ai aujourd'hui. C'est venu avec l'enchaînement des matchs, et je pense que je peux encore faire mieux. Les coaches qui étaient là avant m'ont peu fait jouer. C'est au coach Ranieri que je suis redevable. Le foot est fait de patience. Il y a de la concurrence. J'ai la chance de jouer, j'en profite. » Il devrait très certainement encore en profiter ce dimanche, à Bordeaux (15h00), où les Nantais chercheront - eux aussi - à confirmer leur excellente entame de championnat.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.