Les médias argentins diffusent un message vocal de Sala

Les médias argentins diffusent un message vocal de Sala©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 22 janvier 2019 à 23h55

C'est un extrait audio d'un peu moins d'une minute qui glace le sang.

Ce mardi soir, les médias argentins Olé et Clarin diffusent un message vocal envoyé par Emiliano Sala à un groupe d'amis sur l'application WhatsApp. L'envoi date de lundi soir, alors que le joueur se trouve déjà à bord de l'avion qui doit l'emmener à Cardiff et dans lequel il disparaîtra quelques minutes plus tard. L'Argentin commence par raconte sa journée à ses amis. A sa voix, on le sent fatigué. On l'entend d'ailleurs bailler au milieu d'une phrase. « Salut les gars, comment ça va ? Je suis crevé. J'ai passé la journée à Nantes, à faire des trucs, et des trucs, et encore des trucs... Ça n'en finissait plus, dit Sala. Je suis dans l'avion, on dirait qu'il est sur le point de tomber en morceaux. Je vais décoller pour Cardiff. Demain après-midi (mardi), je commence à m'entraîner avec ma nouvelle équipe, on va voir ce qui va se passer. »

Sala dit avoir peur

Puis le joueur formé à Bordeaux poursuit sa description d'un avion qui ne le rassure visiblement pas. Mais avec une voix très calme, un débit de parole lent, et sur un ton plus ironique qu'autre chose. « Comment allez-vous les gars ? Si dans une heure et demie vous n'avez pas de nouvelles de ma part... Je ne sais pas s'ils vont envoyer quelqu'un me chercher parce qu'ils ne vont pas me trouver. Punaise, comment j'ai peur ! », conclut Emiliano Sala.Le père du joueur, Horacio Sala, a confirmé aux médias argentins qu'il s'agissait bien de la voix de son fils, qui s'exprime évidemment en espagnol dans cet extrait. Mardi soir, plus de vingt-quatre heures après la perte du contact avec l'avion alors qu'il survolait la Manche, les recherches effectuées par la police de Guernesey n'avaient pas permis de localiser l'appareil ou de retrouver le moindre signe d'un des deux passagers de l'avion.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.