Kita réagit aux nouvelles révélations sur Sala

Kita réagit aux nouvelles révélations sur Sala©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 22 mai 2019 à 22h50

Waldemar Kita a réagi au documentaire de nos confrères de L'Equipe, dans lequel un message enregistré par Emiliano Sala avant sa signature à Cardiff dit tout de la relation difficile qu'entretenaient les deux hommes.

Depuis la disparition d'Emiliano Sala, Waldemar Kita a toujours été mis en cause. Le documentaire réalisé par nos confrères de L'Equipe n'a pas fait exception. Le journal s'est en effet procuré un message vocal envoyé à l'un de ses proches par l'attaquant avant de s'engager avec Cardiff City, où il évoque son état d'esprit. « Eux veulent me vendre. Il y a l'offre de Cardiff aujourd'hui. De leur côté, ils ont négocié pour gagner beaucoup d'argent. Ils veulent absolument que je parte là-bas. C'est vrai que c'est un bon contrat mais sportivement, ce n'est pas intéressant pour moi », confie l'Argentin, partagé entre l'appât d'un salaire dont il a toujours rêvé et le projet sportif décevant. Mais un élément a fait pencher la balance : « D'un autre côté, je ne veux pas parler avec Kita car je n'ai pas envie de m'énerver. C'est une personne qui me dégoûte quand il est en face de moi ». Sala ne voulait plus jouer à Nantes, où il ne supportait plus une forme de « mépris » de ses dirigeants, comme l'a assuré sa maman, Mercedes, dans ce même documentaire.


Kita : « J'aimais Sala »

Auprès de L'Equipe, le patron du FC Nantes a donc faire part de sa « déception » : « Je comprends la famille et la maman d'Emiliano. Je ne peux lui dire qu'une chose : j'aimais le garçon, a-t-il assuré. Il faut comprendre certaines choses. C'est trop facile de cracher dans la soupe. Je suis surpris de ce qu'il dit lui-même. On s'entendait bien jusqu'à ce qu'il change d'agent. Je suis surpris et déçu de cette haine à mon égard. Mais je dois accepter aussi une vision différente. Je n'excuse que la maman, pas le reste. Car tout le monde a voulu profiter. On lui a monté la tête en lui disant que je voulais le vendre. [...] Avec Emiliano, c'était difficile de discuter. Je respecte sa personnalité. [...] Il n'avait pas d'offres très claires. Je n'essaie pas de chercher d'excuse. Je comprends très bien la famille. Il faut arrêter de faire croire aux gens qu'il est parti forcé. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.