Der Zakarian : " On va voir si les jardiniers ont bien travaillé "

Der Zakarian : " On va voir si les jardiniers ont bien travaillé "©Media365

Rédaction , publié le dimanche 15 octobre 2017 à 08h51

Après deux matchs nuls encourageants contre le PSG et Monaco, Montpellier reçoit Nice ce dimanche à la Mosson (17h00) avec l'envie de continuer à engranger de la confiance. Le point avec Michel Der Zakarian avant la rencontre.

Michel Der Zakarian, devez-vous aborder ce match contre Nice comme les deux précédents (PSG et Monaco), face à un adversaire avec un gros potentiel offensif une fois de plus ?
Il faut aborder tous les matchs comme on l'a fait contre Paris et Monaco. Il ne faut pas jouer différemment. Quand on n'a pas le ballon, il faut rester bien organisé, quand on l'a il faut être meilleur dans l'utilisation du ballon. Il faut être plus efficace, plus juste dans les trente derniers mètres. C'est notre axe de travail.

L'absence de Pedro Mendes va-t-elle changer votre système ?
On peut jouer à cinq, comme on peut jouer à quatre. On a deux configurations possibles. On essaye de mettre l'équipe la plus équilibrée possible pour avoir le plus de forces possibles. Il y a des schémas qui peuvent nous permettre d'être bien lieux organisés et de mieux faire circuler le ballon quand on l'a.
Der Zakarian : « Il faut que l'on progresse dans la relation milieu-attaque »
On a l'impression que vous avez trouvé cet équilibre à Monaco ? Est-ce là la vraie piste de travail ?
Parce qu'on avait beaucoup d'espaces aussi... Même si en deuxième période ils ont reculé d'un cran, on a mieux utilisé le ballon. On savait que leurs latéraux jouaient très eux, et donc qu'il y avait beaucoup de un contre un avec leurs axiaux. En deuxième période, ils menaient au score, ils nous ont craint un peu plus, ils ont reculé pour pouvoir nous prendre en contre, et nous on a eu une bonne maîtrise collective pour revenir au score.

Êtes-vous plus à l'aise contre les grosses équipes qui font le jeu ?
On verra contre les petites équipes. Mais il n'y a pas de match facile. Contre Caen le premier match, c'était bien. A Toulouse et à Dijon, c'était très mauvais selon moi. On a été inexistants, on ne faisait rien offensivement. C'est à ce niveau qu'il faut qu'on progresse, dans la relation milieu-attaque.
Un des problèmes de l'équipe depuis le début de saison est l'efficacité devant le but adverse... On travaille ça à travers des petits jeux, à travers les schémas préférentiels qu'on peut faire. Mais tout est question d'alchimie entre celui qui a le ballon et celui qui le demande. Il y a des joueurs qui sentent le but, qui ont cette grinta pour marquer, mais ce n'est pas donné à tout le monde. Le manque de confiance ? Ça peut y contribuer, la confiance est très importante, encore plus pour un attaquant.
Der Zakarian : « On va voir si les jardiniers ont bien travaillé »
Vous avez installé Ruben Aguilar sur le côté droit de la défense. Quel bilan en tirez-vous ?
Je savais qu'il avait cette générosité dans les courses et dans la discipline défensive. Il est rigoureux, capable de répéter les efforts. Il a une bonne évolution dans ses performances. Que ce soit lui ou Mukiele, il faut qu'ils aient cette grinta, cette envie de progresser.

Un autre jeune dont on parle un peu plus, c'est Nicolas Cozza (18 ans). Peut-il débuter en défense ce dimanche ?
Vous verrez... Tout est possible. Il faut qu'il continue à travailler comme il le fait. C'est un garçon qui a une tête bien faite, qui écoute, et je pense qu'il va progresser.

L'état de la pelouse de la Mosson reste-t-il un problème ?
J'espère qu'elle se sera densifiée un peu. Il y a quinze jours, pour le match des féminines, c'était un peu mieux, c'était plus vert. On va voir si les jardiniers ont bien travaillé.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.