Coupe de France - Montpellier : Pour le MHSC, il est temps de changer de système pour se renouveler

Coupe de France - Montpellier : Pour le MHSC, il est temps de changer de système pour se renouveler©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 07 février 2018 à 08h34

Sa victoire face à Angers l'a démontré : pour continuer de progresser, Montpellier doit abandonner son système à cinq défenseurs pour un schéma plus conventionnel. Ce dès ce mercredi soir face à Lyon en huitième de finale de Coupe de France (21h05). Même si cela passe par quelques sacrifices.

La qualité d'un entraîneur réside dans sa faculté à construire et à se réinventer. En cela, on va bientôt savoir si Michel Der Zakarian est réellement ce qu'on en dit : Montpellier, équipe surprise de L1 jusque-là, est arrivé au temps de la remise en question des acquis. Alors que le MHSC s'est bâti une défense à cinq qui en a fait la plus solide du championnat derrière le Paris Saint-Germain, le contexte sportif a remis des doutes là où il y avait des certitudes, et inversement. Samedi, Angers a rappelé aux Montpelliérains que leur équilibre ne tenait plus forcément à cette arrière-garde renforcée. Et le technicien a découvert qu'il pouvait même en trouver un avec plus d'allant offensif.La victoire à Angers révélatrice pour MontpellierTout est réuni pour confirmer la tendance. La victoire face au SCO (2-1), liée au changement de système - d'un 5-3-2 à un 4-4-2 - l'absence de Jérôme Roussillon, blessé, et l'ascendant psychologique dont peut bénéficier le club héraultais face à Lyon avant leurs retrouvailles en Coupe de France mercredi (21h05) pourraient donner à Der Zakarian l'envie de recommencer. Lors de la dernière journée, Montpellier a eu la possession comme (quasiment) jamais cette saison, excepté face à des Toulousains malades au mois de janvier. Les coéquipiers de Vitorino Hilton ont tenu le ballon 63% du temps et, surtout, ont su l'utiliser. C'est bien là une nouveauté : avant cela, dans ce domaine, ils avaient dominé leurs adversaires à dix reprises en L 1. Pour quel bilan ? Trois petites victoires (Toulouse, Troyes, Caen), pour cinq défaites et deux nuls.Un 4-4-2 devenu évident... surtout face à l'OL ?Sans son latéral gauche, essentiel à l'animation offensive, sans son équilibriste Ellyes Skhiri et aussi privé de Facundo Piriz et Giovanni Sio, Der Zakarian pourrait aligner un onze relativement proche de celui qui a terminé la dernière rencontre de L1. Un mal pour un bien ? Probablement, tant le 4-4-2 décharge certains joueurs intéressants pour l'attaque, comme Sambia ou Mbenza, de tâches éreintantes pour tenir le bloc d'un 5-3-2. « Je ne vais pas vous dire comment on va jouer. On peut démarrer à cinq. Démarrer à quatre et finir à cinq... Ce n'est pas un problème, a précisé l'entraîneur montpelliérain en conférence de presse. Le problème est de savoir comment défendre quand on n'a pas le ballon, et comment attaquer quand on l'a. C'est toujours une question d'animation : comment tu utilises le ballon, comment tu te déplaces quand tu l'as ou pas. Tu peux très bien jouer à quatre et ne pas réussir à faire deux passes de suite ».Le changement et la question des automatismesSauf que Der Zakarian omet ici un détail : le jeu montpelliérain ne dépend pas que des efforts instantanés. Son exigence défensive réclame aussi une santé mentale et physique impeccable pour ne pas enrayer la machine. Passer plus de temps à défendre, c'est accepter de courir. De s'user. C'est aussi rendre difficiles des gestes qui ne l'étaient pas en début de saison. « Ces derniers temps, on a un peu tendance à lâcher le porteur du ballon, a observé Ruben Aguilar. Il faut qu'on soit plus présents dans les duels. L'accumulation des matchs pèse mentalement et physiquement. A nous de remédier à ça et de redevenir l'équipe qu'on était avant. Celle qui encaissait peu de buts contre les grosses équipes ». Le nouveau système est une évidence autant qu'un casse-tête. Parce que les Montpelliérains ont fait « toute la première partie de saison à cinq défenseurs », qu'ils ont « automatiquement trouvé des repères », qu'ils « reperde forcément en repassant à quatre derrière ». Le MHSC a tout intérêt d'en trouver d'autres ce mercredi soir. C'est la suite de sa saison qui en dépend.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.