Monaco : Une pépite du centre de formation file à Harvard !

Monaco : Une pépite du centre de formation file à Harvard !©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 18 mars 2021 à 16h09

Un jeune talent du ballon rond formé à l'AS Monaco a décidé de donner une tout autre tournure à sa vie.



Voilà une histoire très peu commune dans le sport et surtout dans l'univers du ballon rond. Alors que des milliers d'enfants rêvent de percer dans le football et devenir les futurs Kylian Mbappé, un jeune prodige a décidé de faire un choix étonnant. Surprenant, courageux et surtout personnel. L'histoire se noue à Monaco au centre de formation de l'ASM...

C'est ce que l'on appelle une « pépite », un phénomène aux qualités précoces qui brille sur les terrains. Il s'appelle Alessandro Arlotti, est âgé de 18 ans et international italien des moins de 18 ans. Formé à l'AS Monaco, le jeune milieu de terrain offensif s'illustre sur les pelouses et a ensuite filé à Pescara en Serie B, la deuxième division italienne, où il n'a finalement pas pu afficher ses talents avec le groupe professionnel. Il s'est engagé en faveur d'un autre club, pensez-vous ? Que nenni, le jeune Italien a choisi de partir... étudier à Harvard !

« Ils ont lu mon histoire et me disent qu'ils ne sont pas d'accord. J'essaye de leur expliquer »

Alessandro Arlotti a mis sa carrière de footballeur entre parenthèses pour rallier la prestigieuse université américaine après y avoir été admis en février. Un choix évidemment étonnant de nos jours qu'il a expliqué. « J'ai reçu plein de messages de gens qui me disaient de bien réfléchir, que je ne devais pas faire ce choix-là. Il y a beaucoup d'amis à moi et de coéquipiers, d'entraîneurs ou de dirigeants, mais aussi des gens que je ne connais pas, sur Instagram, qui m'envoient plein de messages. Ils ont lu mon histoire et me disent qu'ils ne sont pas d'accord. J'essaye de leur expliquer », a-t-il indiqué à RMC Sport.


Arlotti : « J'espère toujours pouvoir rejouer en Europe »

Titulaire du bac depuis l'année dernière, Arlotti était certain de son choix puisqu'à Pescara, il ne faisait pas partie du groupe pro. Il n'avait « pas le temps d'attendre ». « C'était assez compliqué surtout qu'on était dernier et 35 dans l'effectif, donc je comprends qu'ils ne mettent pas les jeunes, quand la situation est si compliquée. Avec un peu plus de temps, dans quelques années, j'aurais pu jouer. » Alors il a dit oui à l'université de Boston, remisant à éventuellement plus tard ses rêves de ballon rond. « Ç'a toujours été et ça l'est, parce que, enfin... C'est toujours un rêve, mais je pense qu'à ce moment-là, c'était le bon choix à faire. C'est sûr qu'on met le football de côté un tout petit peu, et que, même si je continue à jouer là-bas, ce n'est pas la même chose. Mais au fond de moi, j'espère toujours pouvoir rejouer en Europe. Je sais que c'est presque impossible, et tout le monde me dit que c'est impossible. Mais je suis jeune, je dois l'espérer », a dit l'Italien qui commencera sa nouvelle aventure en août et qui défendra les couleurs d'Harvard en Ivy League, conférence sportive qui regroupe huit universités privées du Nord-Est des Etats-Unis et qui appartient à la Division I NCAA.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.