Le comparatif des deux débâcles de l'ASM à Nice

Le comparatif des deux débâcles de l'ASM à Nice©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le dimanche 10 septembre 2017 à 10h25

Samedi, Monaco s'est lourdement incliné à Nice (4-0) lors de la cinquième journée de Ligue 1. Un revers qui n'est pas allé sans rappeler celui survenu un an plus tôt, presque jour pour jour, face à ces mêmes Niçois (4-0 également). L'occasion de comparer ces deux débâcles monégasques, afin d'en relever les similitudes et les différences.

Le contexte

2016 : Monaco est encore invaincu au moment de se rendre à l'Allianz-Riviera. Les Asémistes ont néanmoins dû cravacher lors des tours préliminaires de Ligue des Champions, afin d'écarter Fenerbahçe et Villarreal et se qualifier pour la C1. Coincée au beau milieu de ces joutes européennes, la réception de Guingamp n'a pas permis aux joueurs du Rocher de débuter la saison par une victoire (2-2). Mais ils ont ensuite déroulé, s'offrant notamment un succès contre Tottenham, à Wembley (1-2). Nice, de son côté, est également en pleine bourre et semble en mesure de mettre à mal son voisin azuréen.

2017 : Champion de France en titre, Monaco est cette fois directement qualifié pour la phase de poules de la Ligue des Champions. L'ASM sort cependant d'un été pour le moins agité, marqué par les départs de plusieurs joueurs importants (Mbappé, Silva, Mendy, Bakayoko...) et les arrivées tardives de renforts devant s'adapter à leur nouvelle équipe (Jovetic, Baldé...). Malgré tout, les Monégasques viennent d'infliger une correction à l'OM (6-1) et abordent le déplacement dans les Alpes-Maritimes en pleine confiance. Une confiance qui ne paraît en revanche pas vraiment être de mise chez les Niçois, auteurs d'un début de saison très décevant (trois défaites en quatre rencontres de L1).

La composition de départ

2016 : Leonardo Jardim opte pour un 4-2-3-1, avec la paire Tiémoué Bakayoko - Fabinho juste devant la défense. Thomas Lemar, Joao Moutinho et Bernardo Silva doivent prendre en charge l'animation offensive et servir leur avant-centre, Radamel Falcao, dans les meilleures conditions. Benjamin Mendy étant absent pour cause de blessure à la cuisse, Djibril Sidibé est aligné à gauche et Andrea Raggi prend place au poste de latéral droit.
Le onze de départ monégasque : Subasic - Raggi, Glik, Jemerson, Sidibé - Bakayoko, Fabinho - Lemar, Moutinho, Silva - Falcao.

2017 : Des onze joueurs titulaires en 2016, huit le sont aussi un an plus tard. Le technicien portugais évolue désormais en 4-4-2, Adama Diakhaby étant associé à Falcao en attaque, alors que Rony Lopes et Thomas Lemar occupent respectivement l'aile gauche et l'aile droite. La charnière Glik - Jemerson est toujours là. Le troisième « nouveau », Jorge, est latéral gauche.
Le onze de départ monégasque : Subasic - Sidibé, Glik, Jemerson, Jorge - Rony Lopes, Moutinho, Fabinho, Lemar - Falcao, Diakhaby.

Le film du match

2016 : Bien entré dans son match, le Gym trouve une première fois la faille grâce à Paul Baysse (18eme). Arrivé à Nice dans les toutes dernières heures du Mercato et déjà décisif face à Marseille quelques jours plus tôt (3-2), Mario Balotelli se signale en inscrivant un doublé (30eme, 68eme). Coupable d'une faute sur Valentin Eysseric dans la surface, Bakayoko, concède un penalty et se fait expulser (83eme). Alassane Pléa, entré en jeu à la place de l'attaquant italien, manque sa tentative mais se rattrape juste après (86eme).

2017 : Le scénario ressemble à s'y méprendre à celui de la rencontre ayant eu lieu un an plus tôt. Encore une fois, les Aiglons font rapidement la différence et mènent 2-0 à la pause. Encore une fois, Balotelli y va de son doublé (6eme s.p., 60eme). Pléa trouve également le chemin des filets (18eme) et le jeune Igniatius Ganago alourdit le score en toute fin de match (85eme). La défense monégasque, régulièrement prise de vitesse sur les contres niçois, est complètement dépassée, laissant Subasic livré à lui même. Au final, l'OGCN s'impose logiquement et s'offre une première victoire référence cette saison.

Et après...

2016 : Monaco, qui dispute un match tous les trois jours, n'a pas le temps de gamberger. Les joueurs de la Principauté repartent très vite de l'avant et, même s'ils tombent face à Toulouse un mois plus tard (3-1), leurs résultats ne permettent pas de conclure que la claque infligée par le rival de la Côte d'Azur a laissé de gros stigmates. L'ASM perd contre Lyon à Louis-II (1-3) en décembre mais ne connaîtra ensuite plus le goût de la défaite en Ligue 1. Et, en mai, ce sont bien Mbappé et ses coéquipiers qui sont sacrés champions de France.

2017 : Comment va réagir le club de la Principauté ? Impossible, évidemment, de trouver d'ores et déjà réponse à cette question. Les protégés de Jardim débutent leur campagne européenne mercredi, à Leipzig, pour ce qui constitue un nouveau déplacement délicat à gérer. Incapables de trouver le chemin des filets à l'Allianz-Riviera, Falcao et consorts n'étaient plus restés muets en L1 depuis le 21 septembre 2016, date de... leur précédente débâcle en terres niçoises.

 
2 commentaires - Le comparatif des deux débâcles de l'ASM à Nice
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]