L1 - Monaco : L'ASM ne pouvait pas retenir sa pépite

L1 - Monaco : L'ASM ne pouvait pas retenir sa pépite©Media365
A lire aussi

Robert LANGER, publié le lundi 16 octobre 2017 à 16h15

Dans un entretien accordé au Telegraph, le vice-président de Monaco est une nouvelle fois revenu sur le transfert de sa pépite au Paris Saint-Germain. Le club de la Principauté voulait conserver le Tricolore, mais ça n'a pas été possible... Explications.

Après avoir longtemps fermé la porte, Monaco a fini par rendre les armes en lâchant Kylian Mbappé dans les dernières heures du Mercato d'été. Le club de la Principauté voulait conserver l'attaquant international français de dix-huit ans, mais le forcing du Paris Saint-Germain s'est avéré payant. « Le prix de Mbappé était fixé (ndlr : 180 M€), indiqué le vice-président Vadim Vasilyev dans un entretien accordé au Telegraph. Il l'était parce que personne ne pensait que c'était possible. Nous ne voulions vraiment pas nous séparer de lui. Nous savions qu'il fallait qu'il y ait quelque chose d'extraordinaire. Il y avait des intérêts de plusieurs clubs (le Real Madrid et Manchester City étaient particulièrement intéressés), mais c'était peu probable qu'une telle offre arrive. Mais le joueur voulait partir. C'est un grand projet, je dois l'avouer. C'est un club qui veut gagner la Ligue des Champions et jouer aux côtés de Neymar était encore plus attrayant pour lui. »
Vasilyev : « A partir du moment où c'était légal »
Alors que la formule de l'opération peut surprendre (un prêt avec une option d'achat obligatoire), le dirigeant monégasque assure que tout a été fait dans les règles de l'art. « A partir du moment où c'était légal, et que nous n'enfreignions aucune règle, nous avons dit : « OK, nous acceptons que notre joueur rejoigne cette équipe », a indiqué Vadim Vasilyev. Au début, nous ne voulions pas que cela arrive. Personnellement, je ne le voyais pas à Paris, mais j'ai écouté ses arguments et essayé de comprendre ce qu'il ressentait. Il est né à Paris et m'a dit que c'était trop tôt pour lui de quitter la France. Nous avons donc décidé que si les conditions étaient identiques aux autres offres reçues, alors on le laissait partir. Mais cela a été dur, il est vraiment incroyable. Je suis sûr qu'il sera un futur Ballon d'Or. »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU