L1 - Monaco : Kamil Glik, le gladiateur du Rocher

L1 - Monaco : Kamil Glik, le gladiateur du Rocher©Media365
A lire aussi

Alessandro Pitzus, publié le mardi 04 octobre 2016 à 18h57

Auteur de prestations solides et de plusieurs buts d'une importance capitale depuis le début de la saison avec Monaco, Kamil Glik est devenu, en l'espace de quelques semaines, un élément clé. Le défenseur polonais revient de loin.

A Monaco, il y a le Rocher et le colosse. Une armoire à glace nommée Kamil Glik. Débarqué l'été dernier en Principauté pour suppléer Ricardo Carvalho (pas prolongé) et le très peu convaincant Wallace (non retenu à l'issue de son prêt de Braga), le défenseur central polonais n'a pas mis longtemps avant de mettre tout le monde d'accord. Son intégration express, ses buts et son leadership ont aussi permis à Monaco de se lancer en championnat... et de sauver un point déterminant en Ligue des Champions contre le Bayer Leverkusen.
Des buts qui comptent
Un défenseur qui marque des buts, ce n'est pas si anodin. Mais un défenseur qui inscrit des buts décisifs, c'est bien plus rare. Lors des dernières sorties, quand l'ASM s'est retrouvée en difficulté, c'est Glik qui a enfilé son costume pour venir à la rescousse de Monaco. Une volée magistrale face à Leverkusen (1-1) qu'il a lui-même qualifiée de « plus beau but de sa vie » et une tête rageuse contre Angers (2-1), le tout en l'espace de quatre jours, ont entériné son statut d'homme providentiel sur le Rocher.

« C'est un joueur avec une forte personnalité. Il a toujours une attitude positive, il travaille pour les autres », affirmait Leonardo Jardim, l'entraîneur monégasque. La générosité, c'est effectivement l'une des qualités de l'international polonais (46 sélections). « Quand je joue aujourd'hui, je laisse mon cœur sur le terrain, lançait-il à L'Equipe il y a quelques jours. Je joue avec mes tripes parce que personne ne m'a rien offert depuis que je suis né. » Le joueur de 28 ans ne se cache jamais, s'il faut aller au casse-pipe, il y va. Il était déjà comme ça au Torino. Dans le Piémont, le capitaine des Granata était considéré comme le poumon de son équipe, un leader mental. Cela avait pris quelques années en Italie, il n'a eu besoin qu'une poignée de semaines en France.


 

Glik, un personnage qui sort de l'ordinaire

Surnommé l'« Assassin » depuis un derby perdu face à la Juve (0-3 en 2012), dans lequel il avait découpé Emanuele Giaccherini avant de se faire expulser, Kamil Glik est aussi un miraculé de la vie comme il aime se définir. En grandissant dans « une petite ville triste » (Jastrzebie Zdroj) où « beaucoup de jeunes volent » et aux côtés d'un père alcoolique (décédé en 2009), le Polonais en a bavé avant de trouver sa place. « Tous ces événements ont été une école de la vie. J'ai grandi plus vite que les autres enfants de mon âge. (...) A 80%, le football m'a sauvé la vie. »

Celui qui a aussi évolué dans l'équipe C du Real Madrid, à 19 ans (2007-2008), est souvent assimilé à un roc. A Monaco, il incarne le nouveau projet mis en place par la direction. Avec moins de paillettes, mais plus de combativité. Parfaitement adapté à un soldat comme Glik. Son professionnalisme, loué par tout le staff, et son leadership font un bien fou à Monaco. Malgré quelques oublis défensifs, il arrive à combler en insufflant une grinta contagieuse pour toute son équipe. Le déclic dont l'ASM avait besoin.

 
0 commentaire - L1 - Monaco : Kamil Glik, le gladiateur du Rocher
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]