Ambiance électrique à Monaco

Ambiance électrique à Monaco©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le samedi 18 mai 2019 à 08h18

Monaco reçoit Amiens ce samedi soir (21h00) dans un duel capital pour sa survie en Ligue 1. Un rendez-vous que le club de la Principauté a préparé dans une ambiance très tendue.

On avait presque classé le dossier trop vite. Quand Monaco a remonté la pente de manière spectaculaire en février-mars, sous l'effet du retour de Leonardo Jardim et de recrues rapidement performantes, on a vu l'ASM plus beau qu'il ne l'état vraiment. Sorti d'affaire, en somme. On se demandait même combien de temps le club du Rocher allait mettre avant de s'inviter dans la première moitié du classement. Tout faux. Incapable de gagner le moindre match depuis deux mois, Monaco dégringole et voit ses poursuivants se rapprocher. Caen est même revenu à la hauteur de l'ASM le week-end dernier, seulement devancé à la différence de buts. Voilà pourquoi l'heure est grave pour les Monégasques... comme pour les Amiénois. Car du côté d'Amiens, le constat est le même. Le club picard n'a pas su capitaliser sur sa bonne série de février-mars et enchaîne depuis les matchs nuls. Insuffisant pour prendre de l'air au classement. A deux journées de la fin, voilà que la troupe de Christophe Pélissier ne compte plus que deux points d'avance sur la zone rouge.


La gueulante du Prince Albert

Mais à Amiens, on a l'habitude de cette lutte-là. On y est même préparé et conditionné depuis le début de la saison. « La pression sera sur eux : on a tout à gagner alors qu'ils ont tout à perdre », a martelé Pélissier en conférence de presse. Difficile de lui donner tort. Et c'est sûrement pour cette raison que la semaine s'est déroulée dans une ambiance très tendue en Principauté. Le Prince Albert II fut le premier à dégainer. Interrogé par Monaco-Matin, le souverain a mis la pression sur Kamil Glik et ses coéquipiers. « Il faut absolument gagner ce match. Je serai là et j'essayerai de les encourager jusqu'au bout. C'est une saison extrêmement frustrante et, plus que difficile, très inquiétante », a soufflé le Prince Albert II avant de s'en prendre frontalement à certains joueurs : « Les joueurs devraient être un peu plus attentifs et penser qu'ils sont observés en dehors du terrain et du centre d'entraînement. S'ils se laissent aller dans des lieux publics trop tard le soir, c'est sûr qu'ils vont être pointés du doigt. C'est à eux de prendre leur responsabilité ! »

Jardim avoue sa « honte » des résultats

Message reçu ? Peut-être. Mais au cas où, Oleg Petrov en a remis une couche. Selon L'Equipe, le successeur de Vadim Vasilyev à la vice-présidence a réuni ses joueurs cette semaine pour leur mettre un gros coup de pression : « Personne ne partira d'ici si on est en L2 », aurait-il menacé. C'est dans cette ambiance que Leonardo Jardim s'est présenté en conférence de presse d'avant-match jeudi. Pas étonnant du coup, de retrouver un entraîneur très pessimiste dans son discours. « Préoccupé », le Portugais a même déclaré avoir « honte » des résultats de l'ASM ces dernières semaines. Pour autant, Jardim n'est pas du genre à jeter l'éponge et assure qu'il continue de croire en son équipe. Il vaudrait mieux, car en face, on ne se pose même pas la question. A Amiens, Christophe Pélissier a assuré n'avoir « aucune crainte » quant à « la détermination » de ses joueurs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.