Metz : Manuel Cabit espère retrouver l'usage de ses jambes

Metz : Manuel Cabit espère retrouver l'usage de ses jambes©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le lundi 18 mai 2020 à 18h27

Victime d'un grave accident de voiture le 3 novembre dernier, le défenseur du FC Metz Manuel Cabit s'est exprimé ce lundi dans les colonnes du Parisien. Il espère retrouver un jour l'usage de ses jambes.



La vie de Manuel Cabit a basculé le 3 novembre dernier sur une autoroute près de Reims. Le défenseur messin, qui fêtera ses 27 ans début juin, a été victime d'un grave accident de la route, avec son coéquipier Kévin N'Doram (sorti indemne) et a perdu l'usage de ses jambes. Ce lundi, il s'est confié au Parisien, deux jours avant de reprendre sa rééducation, interrompue en raison du confinement. « Ça va mieux. Bien mieux. Je n'ai pratiquement plus de douleur au dos. J'ai, au fil des jours, de plus en plus de sensations au niveau des jambes. Je ne les bouge pas encore, mais je ressens des choses, notamment au niveau des chevilles. C'est forcément encourageant », décrit le Martiniquais.

"Cela peut prendre trois mois, comme un an ou plus"

Manuel Cabit estime avoir eu de la chance dans son malheur, surtout quand il pense « tous les jours » au Guingampais Nathaël Julan, décédé dans un accident de voiture le 3 janvier : « Après la première de mes deux opérations (au niveau de la colonne vertébrale, ndlr), le chirurgien m'a dit que j'avais eu beaucoup de chance, car j'ai eu mon accident près d'un hôpital de Reims. J'ai été vite pris en charge. Il a pu me décompresser la moelle épinière très rapidement. Il m'a expliqué, en toute transparence, qu'il y a des chances que je puisse remarcher. Qu'il a fait 50 % du travail avec l'opération et que c'est à moi de faire les 50 % restants avec la rééducation. (...) Cela peut prendre trois mois, comme un an ou plus. J'ai de l'espoir. Moi, je veux me battre et réaliser mon rêve, remarcher. J'ai un match à gagner pour vaincre ce handicap. Je vais y parvenir. »

"Raconter à mon fils que je n'ai jamais renoncé"

Devenu papa peu après l'accident, l'ancien joueur de Chambly, Belfort ou encore Ajaccio veut que son fils le voit un jour sur ses deux jambes : « Peu importe si je ne joue plus au foot. J'aurai tout loisir de lui expliquer mon parcours, de lui raconter qu'un jour j'ai été professionnel, qu'ensuite je me suis retrouvé dans un fauteuil roulant, mais que je n'ai jamais renoncé. » Ce serait évidemment la plus belle victoire de sa vie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.