Football - Ligue 1 Strasbourg/LOSC Lille après-match

Angers
Bordeaux
Brest
Clermont
Lens
Lille
Lorient
Lyon
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Paris Saint-Germain
Reims
Rennes
St Étienne
Strasbourg
Troyes
Ligue 18ème journée
Stade de la Meinau - Arbitre F. Letexier
  1. 74′ Sissoko
  1. 56′ David
  2. 22′ David

, publié le 25 septembre

Grâce à un doublé de Jonathan David, Lille est allé l'emporter à Strasbourg (2-1). C'est une seconde victoire consécutive pour le champion en titre.



En ce moment, chaque coup de sifflet final est une libération pour Jocelyn Gourvennec et ses joueurs : c'était déjà le cas mercredi à domicile pour la victoire contre Reims (2-1) et cela s'est reproduit ce samedi, dans le même scénario, à Strasbourg (2-1). Ce deuxième succès lillois de rang - grâce à un doublé de Jonathan David - a été acquis dans la douleur, alors même que les Dogues ont évolué à onze contre dix lors du dernier quart d'heure. Un coup d'arrêt pour le RCSA, après deux victoires.

Weah dans tous les bons coups

Pourtant, le champion de France avait fait le travail plutôt sérieusement avant de se faire peur sur la fin. S'il a raté deux gros duels avec Matz Sels (9eme, 46eme), David a surtout frappé deux fois, grâce à un très bon travail du cabossé Timothy Weah (23eme) et sur un penalty gratté par ce même Weah (57eme). Parvenant bien à museler la paire Habib Diallo-Kevin Gameiro et malgré une occasion pour Adrien Thomasson (14eme), les Nordistes n'ont que très peu été inquiétés pendant la première heure.


Huit minutes de temps additionnel

Ce n'est qu'après, et notamment avec l'entrée de l'indispensable Ludovic Ajorque, que le Racing a pu sonner la révolte et faire trembler le LOSC. Il y a eu un enroulé de Diallo (66eme) puis une grosse pression mise sur la surface lilloise, à l'origine d'ailleurs de la réduction de l'écart signée Ibrahima Sissoko (75eme). On pensait que l'exclusion de Thomasson quatre minutes plus tard (pour un mauvais geste sur Tiago Djalo) allait mettre un coup de frein aux allants alsaciens, mais le coaching offensif de Julien Stéphan et l'élan des locaux ont permis de vivre vingt dernières minutes électriques, jusqu'à la huitième minute de temps additionnel (contre cinq annoncées). Si chaque victoire lilloise ressemble à cela, il faudra surveiller la santé de Gourvennec.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.