Football - Ligue 1 Rennes/Bordeaux après-match

Angers
Bordeaux
Brest
Clermont
Lens
Lille
Lorient
Lyon
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Paris Saint-Germain
Reims
Rennes
St Étienne
Strasbourg
Troyes
Ligue 121ème journée
Stade de la Route de Lorient - Arbitre B. Dechepy
04°CTemps frais
  1. 93′ Guirassy
  2. 90′ Guirassy
  3. 70′ Truffert
  4. 61′ Laborde
  5. 43′ Bourigeaud
  6. 33′ M. Terrier
Journaliste : Demmerlé ARNAUD

, publié le 16 janvier

Dimanche après-midi, dans le cadre de la 21eme journée de Ligue 1, Rennes a largement battu Bordeaux (6-0), grâce à des buts de Martin Terrier (32e), Benjamin Bourigeaud (43e), Gaëtan Laborde (61e), Adrien Truffert (69e) et à un doublé de Serhou Guirassy (89e, 90e+2). Les Bretons remontent à la quatrième place du classement.

Trois défaites de suite contre des concurrents directs pour l'Europe (Nice, Monaco et Lens), une piteuse élimination en Coupe de France à Nancy (1-1, 4-3 Tab.), le Stade Rennais de Bruno Genesio traversait une mauvaise passe et voulait absolument casser cette spirale négative. Mission remplie et de quelle manière face à la victime idéale : une équipe bordelaise décevante dans le jeu et toujours aussi fébrile défensivement.

Capitaine Bourigeaud montre la voie

La formation bretonne a d'abord buté sur un adversaire bien replié et venu avant tout pour défendre devant les cages de Benoît Costil. Après deux premières occasions de Martin Terrier (6ème) et Gaëtan Laborde (23ème), les locaux vont trouver la faille par l'ex-Lyonnais et Strasbourgeois. Après un cafouillage dans la surface bordelaise, trop attentiste, il catapulte le ballon du droit sur un bon service de Jonas Martin (1-0, 33ème). Le verrou sauté, les partenaires de Baptiste Santamaria vont appuyer sur l'accélérateur et réaliser une démonstration. Ils doublent la mise au meilleur des moments, juste avant le repos sur un maître coup franc de Benjamin Bourigeaud (2-0, 44ème).



Rapidement en supériorité numérique lors du second acte, les Rouge et Noir vont s'amuser et régaler. Après un but refusé pour hors-jeu sur un coup franc de Bourigeaud (52ème), Laborde retrouve le chemin des filets après une période de disette, d'une frappe du gauche puissante (3-0, 61ème) pour inscrire son dixième but de la saison. Décomplexés, les Rennais vont ajouter trois nouveaux buts. Tout d'abord sur une contre-attaque d'école, conclue par Adrien Truffert (4-0, 69ème), puis par le remplaçant de luxe Serhou Guirassy, auteur d'un doublé (5-0, 89ème et 6-0, 92ème). Une victoire facile qui leur permet de se relancer dans la course au podium.

Le capitaine rennais Bourigeaud a été omniprésent et s'est montré une nouvelle fois très juste dans ses initiatives. Buteur, il est à l'origine de la quatrième réalisation. Dans le 4-4-2 concocté par Bruno Genesio, Jérémy Doku s'est montré saignant sur son aile droite, juste devant Lorenz Assignon, disponible et appliqué. La jeune charnière centrale, composée de Loïc Badé et Warmed Omari, a été à la hauteur et n'a pas véritablement été en danger, alors que Jonas Martin n'a pas ménagé ses efforts et a été précieux par son abattage. Bref, un dimanche parfait pour « Pep » Genesio et sa bande.

Bordeaux fantomatique

On ne peut pas en dire autant de Bordeaux, déjà secoué tout au long de la semaine sur le plan extra-sportif. La faute au plan de jeu très, bien trop frileux de Vladimir Petkovic. Les Girondins n'ont rien montré en Bretagne et certainement pas les ingrédients indispensables à une équipe qui joue sa peau en Ligue 1. Aucune révolte et un manque évident d'envie. Et comme si cela ne suffisait pas, Issouf Cissokho a été rapidement expulsé au retour des vestiaires pour deux cartons jaunes mérités (50ème).



Positionné en meneur de jeu, le sanguin Yacine Adli n'a pas sonné la révolte alors que Mbaye Niang a été translucide, pour son retour au Roazhon Park. Seul joueur à légèrement surnager : Mexer. Benoît Costil a lui été chercher à six reprises le ballon dans ses filets et son club a encaissé 50 buts en 21 journées de Ligue 1. Un total hallucinant qui n'augure rien de bon. L'avenir de Vladimir Petkovic sera-t-il scellé avec cette déroute monumentale ? Une chose est sûre : le club au Scapulaire coule et son maintien parmi l'élite est très, très loin d'être assuré !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.