Amiens SC
Angers
Bordeaux
Brest
Dijon
Lille
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Nîmes
Olympique Lyonnais
PSG
Reims
Rennes
Saint-Étienne
Strasbourg
Toulouse
Ligue 122ème journée
Parc des Princes - Arbitre J. Brisard
  1. 64′ Kurzawa
  2. 56′ K. Mbappé
  3. 43′ Daniel Congré (csc)
  4. 40′ Á. Di María
  5. 6′ Pablo Sarabia

, publié le 1 février

Le Paris Saint-Germain a conforté son fauteuil de leader en signant un succès net et sans bavure contre Montpellier (5-0), ce samedi.

Les semaines se suivent et se ressemblent pour le Paris Saint-Germain. Imperturbables, les hommes de Thomas Tuchel enchaînent les sorties et les victoires pour engranger de la confiance avant les premiers cols de la saison. Leur début d'année est presque parfait. Car les obstacles qu'ils croisent ne sont pas si anodins. Quand ce n'est pas le terrain, c'est l'opposition du soir. Montpellier se présentait au programme ce samedi. Après Reims, après Lille, avant Lyon. Et une nouvelle fois, Paris a fait le métier et maîtrisé les débats pour maintenir sa dynamique (5-0).

Neymar toujours étincelant, Sarabia encore décisif

On a senti dès les premières minutes que le rapport de force ne serait pas aussi équilibré que le combat haché de la Mosson en décembre. Tout juste a-t-on retrouvé l'électricité. Pour le reste, tactiquement et techniquement, il n'y a pas eu de match. Et Neymar y est encore pour quelque chose. Le maître à jouer brésilien traverse une période faste qui emmène tout le monde dans son sillage. Facile, inspiré, joueur, accélérateur, détonateur, Neymar a torpillé la défense montpelliéraine par ses accélérations constantes dans le cœur du jeu. Pablo Sarabia en a profité sur l'ouverture du score, exploitant un ballon traînant à l'entrée de la surface pour déclencher un petit missile (1-0, 8eme). L'ancien Sévillan avait allumé une première mèche deux minutes plus tôt mais son but a été refusé pour une position de hors-jeu (6eme).

Et Kylian Mbappé dans tout ça ? Pas aussi tranchant qu'à son habitude, le champion du monde n'en a pas été moins décisif. Car c'est lui, sur une course en profondeur, qui a provoqué l'expulsion de Bertaud, venu à son encontre et sanctionné pour une main en dehors de la surface (17eme). Sur le coup-franc - bien placé - Neymar a vu le cadre se dérober (20eme). Délicate, la mission des Montpelliérains est devenue impossible. Paris a continué à monopoliser le ballon. Piqués, les coéquipiers de Savanier ont bien tenté de se révolter, mais leur sentiment d'impuissance s'est accentué au fil des minutes. Kylian Mbappé s'est essayé d'une frappe puissante que Carvalho a repoussé (26eme). Et c'est finalement dans le dernier quart d'heure de ce premier acte que les Parisiens se sont envolés.

Mbappé, buteur frustré

Déjà chirurgical sur l'ouverture du score, Pablo Sarabia a troqué son costume de buteur pour celui de passeur. Son petit une-deux pour Angel Di Maria a mis l'Argentin dans une position idéale pour le but du break (2-0, 41eme). Quelques minutes plus tard, les Parisiens ont assommé leur adversaire sur un corner de Di Maria que Savanier a tenté de dégager avant d'être contré par Congré... buteur contre son camp (3-0, 45eme csc).



Dans une configuration idéale, les Parisiens ont continué de multiplier les vagues au retour des vestiaires. Neymar et Mbappé avaient envie de combiner, encore. Le prodige de Bondy a failli en profiter une première fois à la réception d'un nouveau caviar du Brésilien, mais son petit piqué s'est écrasé sur le poteau (49eme). La seconde fois sera la bonne. Encore lancé en profondeur, Mbappé n'a laissé aucune chance au numéro 2 Carvalho, qu'il a effacé avant de marquer dans le but vide (4-0, 57eme). Pas avares de gourmandises, les compères ont continué leur petit jeu jusqu'à la sortie de l'attaquant des Bleus, visiblement agacé lors d'une explication improvisée avec son entraîneur (69eme). Entre temps, Layvin Kurzawa y était aussi allé de son but, d'une frappe du gauche qui a fait mouche (5-0, 65eme). Sarabia également sorti, le duo Cavani-Icardi a terminé le match. Après l'agitation des derniers jours, le Matador a tenté de se remettre dans le bain en bottant un coup-franc en force, sans réussite (72eme). Le score n'a plus évolué. Dortmund est encore loin, mais Paris poursuit sa route. Avec ses certitudes. Et ses petites histoires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.