Football - Ligue 1 Nîmes/Marseille après-match

Angers
Bordeaux
Brest
Dijon
Lens
Lille
Lorient
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Nîmes
Olympique Lyonnais
PSG
Reims
Rennes
Saint-Étienne
Strasbourg
Ligue 113ème journée
Stade des Costières - Arbitre W.Delajod
  1. 83′ Germain
  2. 56′ Benedetto
Journaliste : DIVIO Axel

, publié le 4 décembre

L'Olympique de Marseille a enregistré vendredi, à Nîmes (0-2), sa cinquième victoire de rang en Ligue 1, en ouverture de la treizième journée.

Il faut parfois attendre les jours les plus froids pour entrevoir une éclaircie. C'est bien une nouvelle saison qui se dessine pour l'Olympique de Marseille, embrumé par son parcours honteux en Ligue des Champions. La bande à Villas-Boas retrouve tout simplement sa place : celle d'une équipe compétitive en Ligue 1, à défaut d'être invitée dans la plus prestigieuse des compétitions. En ce sens, tout le monde y voit plus clair. Et cela se ressent dans le jeu marseillais.

L'OM a bien géré son affaire

Ce vendredi, aux Costières, l'OM a tenu son rang pour s'imposer en patron, presque naturellement. Après une première alerte de Payet sur une frappe puissante (10e), Cuisance, d'une belle volée (27e) puis Alvaro Gonzalez d'un coup de casque (45e) auraient pu permettre à Marseille de passer devant. En face, tout juste pourra-t-on relever un superbe coup-franc d'Eliasson venu s'écraser sur la barre d'un Mandanda battu (17e). Bref, Marseille gérait plutôt bien sans affaire sans matérialiser ses temps forts.

Il faut dire que le match aurait pu se déplacer sur un autre terrain, la tension s'intensifiant au gré des minutes. Villas-Boas a ainsi dû quitter son banc juste avant la pause pour une réaction épidermique (40e). Mais ses hommes ne sont jamais sortis de leur ligne directrice. Et c'est finalement grâce à ses parias - ironie du soir - que l'OM a fait la différence dans ce rapport de force.

Dario Benedetto a débloqué la situation sur un tir croisé parfait après un appel en profondeur et un service d'Alvaro Gonzalez (0-1, 57e). Puis Valère Germain, complètement esseulé, a scellé le succès marseillais en reprenant un centre parfait de Morgan Sanson (0-2, 84e). L'affaire était réglée depuis longtemps, de toute façon, les Crocos étant réduits à dix pour le dernier quart d'heure après l'expulsion de Cubas (77e). Le score n'a plus évolué. Les hommes de Villas-Boas sont deuxièmes ce vendredi soir avec deux matchs à disputer dans un futur proche. L'OM avance dans l'ombre pour revoir la lumière.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.