Football - Ligue 1 Nantes/Marseille après-match

Angers
Bordeaux
Brest
Clermont
Lens
Lille
Lorient
Lyon
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Paris Saint-Germain
Reims
Rennes
St Étienne
Strasbourg
Troyes
Ligue 116ème journée
Stade de la Beaujoire - Louis Fonteneau - Arbitre E. Wattellier
  1. 29′ Gerson
Journaliste : Baron Jérémie, à la Beaujoire

, publié le 1 décembre

En s'imposant à Nantes ce mercredi dans le cadre du 16eme chapitre de Ligue 1 (0-1), Marseille s'est installé sur la 2eme marche du podium.


Devant dès la demi-heure de jeu, à onze contre dix pendant plus de 60 minutes : l’OM aurait pu l’emporter sur un score bien plus impressionnant qu’un 1-0 (but de Gerson), ce mercredi soir à Nantes, mais il a décidé de n’assurer que le minimum et de laisser le suspense envahir la Beaujoire jusqu’au bout. Ça ne l’empêche pas de truster la deuxième place - avec un second succès de rang - à l’issue de cette 16ème journée.

Gerson relancé

Les 30 premières minutes n’ont pas laissé de place au doute : le collectif marseillais est au moins une catégorie au-dessus de celui des Jaune et Vert. Rapidement maître du ballon, actif côté droit grâce à un Amine Harit intenable et dangereux par Dimitri Payet sur coup franc (20ème) ou Gerson dans la foulée (21ème), les Phocéens ont logiquement ouvert la marque, quelques minutes après un frisson signé Randal Kolo Muani (24ème). Précisément quand le Réunionnais a trouvé le Brésilien, ce dernier signant un joli enchaînement d’attaquant en pivot pour battre Alban Lafont (30ème) et ainsi scorer pour la deuxième fois de la saison, lui qui n’est pas toujours dans son assiette depuis août.


Nantes meilleur à dix qu’à onze

Les Nantais n’en sont pas restés là, puisque dans la foulée Nicolas Pallois, pour une énième faute sur Harit, a dit au revoir à ses partenaires (32ème). Mais après une nouvelle occasion pour Payet juste avant l’entracte (45ème), les visiteurs ont semblé se satisfaire de ce résultat. Il faut dire aussi que les Canaris ont haussé le ton, se sont mis à poser le pied sur le ballon et à enfin tenter, sans toutefois réussir à revenir dans la partie. Pendant ce temps-là, Boubacar Kamara (52e), Mattéo Guendouzi (58e et 85e) ou encore Pape Gueye (88e) manquaient l’occasion de faire le break. Comme contre Troyes, seuls les trois points semblent compter en ce moment.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.