Amiens SC
Angers
Bordeaux
Caen
Dijon
Guingamp
Lille
Marseille
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Nîmes
Olympique Lyonnais
PSG
Reims
Rennes
Saint-Étienne
Strasbourg
Toulouse
Ligue 14ème journée
Stade Louis II. - Arbitre B. Millot
  1. 52′ R. Falcao
  2. 49′ Tielemans
  1. 88′ Germain
  2. 74′ Thauvin
  3. 46′ Mitroglou
Journaliste : DIVIO Axel

Geoffrey Steines, publié le 2 septembre

L'entrée décisive de Florian Thauvin a fait basculer le premier choc de la saison en L1 en faveur de l'OM ce dimanche à Monaco (2-3), malgré les cadeaux d'Adil Rami en début de seconde période. Une victoire après un scénario décousu qui remet Marseille dans le bon sens avant la trêve internationale.

Le debrief
L'OM n'a pas vraiment changé depuis la saison passée. Il a toujours des failles évidentes, parfois masquées par un mental à toute épreuve. Mais, et ce n'est pas anodin, il a retrouvé la recette pour battre un concurrent direct en L1, avec sa victoire à Monaco ce dimanche dans le premier choc de la saison (2-3). Un succès arraché à la dernière minute du temps réglementaire grâce à un ancien de l'ASM (Valère Germain), sur un service d'un champion du monde (Florian Thauvin) qui a tout changé pendant la demi-heure qu'il a passée sur la pelouse de Louis-II. Quand il est entré, l'OM était mené, sans trop savoir comment, après avoir maîtrisé la première période. Il a alors égalisé sur une action qu'il avait lui-même initiée avant de déposer un corner sur la tête de Germain, tout juste lancé par Rudi Garcia, auteur d'un coaching gagnant pour enfin battre un membre de la triade PSG-Lyon-Monaco en championnat sur le banc marseillais.

Les Phocéens ont ainsi relancé la machine, après n'avoir pris qu'un point sur les deux dernières journées, et se sont replacés dans le Top 5 juste avant la trêve internationale. Jamais ils n'auraient néanmoins dû s'employer ainsi pour battre une ASM qui a énormément changé pendant l'été et qui doit composer avec une infirmerie pleine, ainsi que l'effectif certainement le moins compétitif depuis le retour en L1. Ils avaient d'ailleurs maîtrisé avec autorité la première période et auraient mérité d'ouvrir le score bien avant la tête de Kostas Mitroglou dans les arrêts de jeu. Ils gênaient considérablement la relance monégasque par leur pressing et étaient relativement intéressants offensivement, même s'ils refusaient de se jeter à l'abordage pour ne pas se faire punir en contre. Les choix forts de Garcia (Luiz Gustavo en défense, Kevin Strootman au milieu avec Morgan Sanson, Bouna Sarr préféré à Florian Thauvin) étaient payants.

Tout s'est liquéfié en début de seconde période. Sous l'impulsion certes de Monaco, mieux revenu des vestiaires. Mais c'est surtout Adil Rami, auteur de deux grossières erreurs défensives, qui a permis à l'ASM de passer devant en l'espace de cinq minutes. D'une grande faiblesse dans le camp adverse, les joueurs de Leonardo Jardim semblaient néanmoins en contrôle de la situation. Mais elle leur a échappé quand Thauvin est apparu sur la pelouse et a fait parler sa confiance maximale depuis son côté droit. Là encore, c'est une constante depuis la saison dernière que l'OM s'en remette à l'ancien Bastiais pour se sortir de toutes les situations. En espérant que le déclic en battant enfin un gros puisse libérer pour de bon les Marseillais dans leur quête de podium.
Le film du match
7eme minute
Décalé sur la droite d'une longue ouverture, B.Sarr profite du dédoublement de Sakai pour déposer son centre sur Mitroglou, oublié dans le dos de Jemerson. L'attaquant grec reprend du plat du pied gauche aux six mètres, mais envoie le ballon directement sur Benaglio, bien placé pour repousser du pied.

13eme minute
Tout en puissance, Strootman transperce le bloc monégasque et sert Amavi dans le couloir gauche. Le latéral de l'OM centre intelligemment au second poteau, où B.Sarr est absolument seul. Mais sa reprise de la tête est contrée par le bon retour d'Aït-Bennasser.

37eme minute
Excentré sur la gauche, Payet repique sur son pied droit et adresse un bon centre enroulé vers Mitroglou, qui coupe bien la trajectoire du ballon au premier poteau. Il réalise une belle déviation subtile du gauche sur laquelle un Benaglio concentré doit intervenir pour repousser de manière peu académique.

45eme minute+1 (0-1)
La défense monégasque repousse mal un centre d'Ocampos et Sakai s'arrache face à Grandsir pour maintenir la menace aux abords de la surface de l'ASM. Payet hérite du ballon et envoie un centre magnifique. Glik est battu dans les airs et Mitroglou ajuste parfaitement sa tête au point de penalty pour tromper Benaglio.

48eme minute (1-1)
Quelle erreur de Rami ! Servi par Y.Pelé, le défenseur de l'OM veut retrouver son gardien, mais se troue complètement sur sa remise en une touche. Falcao en profite, efface le gardien marseillais et cadre sa frappe. Il faut un retour énorme de Rami, qui tacle devant sa ligne, pour sauver son équipe. Mais Tielemans a suivi et n'a plus qu'à pousser le ballon au fond.

53eme minute (2-1)
Aholou s'avance en puissance et fixe la défense marseillaise avant de décaler sur la droite Henrichs. Le latéral allemand centre en première intention. Amavi dévie légèrement au départ et Rami rate son intervention en taclant. Ça se transforme en offrande pour Falcao, qui surgit pour battre Y.Pelé à bout portant.

64eme minute
Ocampos déborde tout en puissance sur la gauche et dépose Henrichs. Il enroule ensuite un centre vicieux sur lequel Benaglio ne peut intervenir. Thauvin se jette sur le ballon aux six mètres devant Barreca, mais ne peut cadrer en bout de course.

74eme minute (2-2)
Belle combinaison sur droite entre Thauvin et Sakai. Le premier ouvre une brèche sur la droite en repiquant dans l'axe et lance dans la profondeur le second. Ce dernier fixe la défense monégasque avant de centrer en retrait pour Thauvin, qui s'applique pour battre Benaglio en une touche du gauche.

90eme minute (2-3)
Corner sur la gauche pour l'OM. Thauvin le frappe sortant et Germain réalise un geste magnifique pour reprendre de la tête, alors qu'il était sur le reculoir. Loin d'être impérial, Benaglio est battu à son premier poteau et ne peut empêcher le ballon de franchir la ligne au ralenti.
Tops et flops

TOP 3

Il a suffi d'une demi-heure à THAUVIN pour tout faire basculer. Alors que l'OM était sonné par deux buts encaissés en début de seconde période, le champion du monde français a redynamisé l'attaque marseillaise par son entrée. Il a égalisé, après une première situation chaude, avant de délivrer une passe décisive sur corner sur le but de la victoire. Le facteur X sorti du banc.

Dans son duel avec Germain pour la place à la pointe de l'attaque, MITROGLOU a marqué des points en première période. Profitant de l'intense domination marseillaise, il s'est rendu très disponible (record de ballons touches sur un match avec l'OM battu avant même la mi-temps) et a été récompensé son activité par un but, après avoir manqué une grosse occasion en début de match. Il s'est éteint après la pause, mais son bilan, grâce à son jeu dos au but aussi, reste positif.

En renard des surfaces qu'il est, FALCAO a déballé les deux cadeaux de la défense de l'OM avec opportunisme. L'attaquant colombien n'a pas réalisé un grand match, affichant en particulier un déchet technique problématique dos au but, Mais il a terminé la rencontre en étant impliqué sur les deux buts de l'ASM et n'a jamais lâché, ce qui a montré l'exemple à ses partenaires.


FLOP 3

A la peine depuis le début de la saison, RAMI a vécu un nouveau calvaire à Monaco. Après une première période relativement tranquille, il a commis deux erreurs en cinq minutes offrant deux buts et la victoire à l'ASM. Il a derrière affiché une vraie envie de se racheter, mêlée à de la fébrilité liée à son manque de confiance. Un vrai souci pour la solidité défensive de l'OM.

En attendant Golovin, Monaco a affiché ses limites offensives du moment et GRANDSIR les a symbolisées à lui seul. Inconstant déjà avec Troyes la saison dernière, il n'a quasiment pas pesé sur les événements et a laissé sceptique sur sa capacité à être digne des ambitions de l'ASM à court terme. Heureusement qu'il a connu 10 bonnes minutes en début de seconde période pour sauver les apparences.

Autre recrue estivale du club de la Principauté, BARRECA n'a pas dégagé une grande sérénité dans tous les compartiments du jeu. Il n'a strictement rien apporté défensivement et les deux buts sont venus de son côté, la faute à un placement souvent hasardeux. Dans le dur de la première à la dernière minute.
Monsieur l'arbitre au rapport
Un sans-faute pour Benoît Millot, qui a parfaitement géré les débats en ne distribuant que deux avertissements. Toujours bien placé et lucide sur les décisions à prendre.
La feuille de match
L1 (4eme journée) / MONACO - MARSEILLE : 2-3
Stade Louis-II (15 000 spectateurs environ)
Temps pluvieux - Pelouse excellente
Arbitre : M.Millot (7)

Buts : Tielemans (48eme) et Falcao (53eme) pour Monaco - Mitroglou (45eme+1), Thauvin (74eme) et Germain (90eme) pour Marseille

Avertissements : Glik (36eme) pour Monaco - Amavi (77eme) pour Marseille

Expulsion : Aucune


Monaco
Benaglio (5) - Henrichs (5), Glik (6), Jemerson (5), Barreca (4) puis Mboula (81eme) - Tielemans (7) puis Pellegri (86eme), Aït-Bennasser (5), Aholou (6) - Grandsir (5) puis D.Sidibé (66eme), Falcao (cap) (9), R.Lopes (6)

N'ont pas participé : S.Sy (g), K.N'Doram, Ad.Traoré, Chadli
Entraîneur : L.Jardim


Marseille
Y.Pelé (6) - Sakai (4), Rami (4), Luiz Gustavo (4), Amavi (5) - Strootman (7), M.Sanson (6) - B.Sarr (5) puis Thauvin (62eme), Payet (cap) (5) puis Germain (87eme), Ocampos (5) - Mitroglou (7) puis B.Kamara (91eme)

N'ont pas participé : Escales (g), Caleta-Car, M.Lopez, Njie
Entraîneur : R.Garcia

Vos réactions doivent respecter nos CGU.