Football - Ligue 1 Marseille/Eintracht Francfort après-match

Ajaccio
Angers
Auxerre
Brest
Clermont
Lens
Lille
Lorient
Lyon
Marseille
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Paris Saint-Germain
Reims
Rennes
Strasbourg
Toulouse
Troyes
Ligue des ChampionsGroupe D
Orange Vélodrome - Arbitre José María Sánchez Martínez
25°C / humide
  1. 42′ J. Lindstrøm
Journaliste : Vincent Dégremont

, publié le 13 septembre

Grâce à un cadeau marseillais, l'Eintracht Francfort est allé l'emporter sur le terrain de l'Olympique de Marseille (1-0), mardi soir lors de la 2eme journée de la phase de poules de la C1. Après deux sorties, le club phocéen affiche un zéro pointé.



À l'image de son rival parisien, l'Olympique de Marseille est engagé en Ligue des Champions avec l'ambition de tordre, à son échelle, quelques clichés coriaces. Le club phocéen ne nage pas dans les mêmes eaux que Paris, mais ses dernières campagnes européennes dans la plus prestigieuse des compétitions ont été entachées par un bilan comptable confinant au zéro pointé. Frustrante mais encourageante, la défaite concédée à Tottenham (0-2) il y a une semaine découlait d'une certaine logique. Mais l'OM entrait ce mardi soir dans le vif du sujet avec l'idée de donner une première réponse sur son rôle à jouer.

Igor Tudor avait conservé son animation 3-4-3, mais il avait aussi fait le choix de lancer Dimitri Payet dans le grand bain, après que le Réunionnais a chauffé le banc à Londres. Sa présence, couplée à celle du chevronné et explosif Alexis Sanchez, modifiait à première vue le visage offensif de l'OM. Le problème, c'est que rien de tout cela ne s'est matérialisé. Comme un effet de vases communicants par rapport à son match en Angleterre, les Marseillais ont perdu en maîtrise ce qu'ils ont gagné en poids offensif. Et ils n'ont finalement jamais trouvé ce liant qui aurait pu leur permettre d'emballer ce match.

L'OM a tout essayé

On a vite compris que Francfort était venu pour fermer la boutique, d'abord, et envisager plus si affinités. Malgré ses difficultés en Bundesliga, le dernier vainqueur de la Ligue Europa a montré beaucoup de rigueur dans son quadrillage du terrain. Cela s'est traduit par un premier acte verrouillé, presque sans intérêt, avec une bataille intense au milieu et peu d'opportunités à se mettre sous la dent, en dehors d'une situation chaude pour Alexis Sanchez pour les Marseillais (13e). Pire, l'étau s'est encore resserré quand Francfort a douché le Vélodrome juste avant la pause, d'une frappe du gauche suite à une action initiée par l'ancien Nantais Randal Kolo Muani (0-1, 43e).

Au pied du mur, l'OM a jeté toutes ses forces dans la bataille après le repos. Mais il a manqué beaucoup de choses aux Marseillais. Un peu de réalisme, et même de réussite, Trapp s'interposant devant Rongier (67e). Un équilibre, aussi, car la formation allemande a été proche de faire le break à plusieurs reprises, l'intenable Lindström trouvant la barre (54e) avant que Kamada ne trouve le chemin des filets pour un but finalement refusé (67e). Jusqu'au bout, les hommes de Tudor ont essayé, de façon un peu désordonnée. Mais le score n'a pas évolué. La double-confrontation contre le Sporting, seule formation à six points, sera déterminante...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.