Football - Ligue 1 Dijon/Bordeaux après-match

Angers
Bordeaux
Brest
Dijon
Lens
Lille
Lorient
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Nîmes
Olympique Lyonnais
PSG
Reims
Rennes
Saint-Étienne
Strasbourg
Ligue 129ème journée
Stade Gaston Gérard - Arbitre T. Léonard
  1. 89′ M. Konaté
  1. 49′ de Préville
  2. 44′ Hwang Ui-jo
  3. 32′ Hwang Ui-jo
Journaliste : Baron Jérémie

, publié le 14 mars

Grâce notamment à un doublé de Hwang Ui-Jo, Bordeaux inflige à Dijon une neuvième défaite de suite en championnat (1-3).

Rien ne va à Dijon, à tel point que même les Girondins parviennent à s'y relancer : l'équipe au scapulaire, qui ne gagnait plus et enchaînait même les défaites depuis un mois et demi (7 sur les 8 derniers matchs), s'est tranquillement imposée à Gaston-Gérard ce dimanche grâce à un Hwang Ui-Jo double buteur mais également à un Nicolas de Préville inspiré et auteur du troisième but. La lanterne rouge bourguignonne, qui a sauvé l'honneur en toute fin de match grâce à Moussa Konaté, en est à neuf revers de rang et fonce vers la Ligue 2.

Racioppi a retardé l'échéance

Il aurait fallu qu'Anthony Racioppi se montre durant toute la partie aussi inspiré que face à Loris Benito dans le premier quart d'heure, avec un réflexe hors norme sur sa ligne (13eme). Mais après la première demi-heure, le portier suisse a pris l'eau sous les coups de butoir de Hwang, clinique du pied droit (33eme) et de la tête (45eme) pour retrouver le chemin des filets. Après son avant-dernière passe sur le premier but et sa passe décisive sur le deuxième, De Préville (entré en première période après la sortie de Samuel Kalu, visiblement blessé) a été récompensé en inscrivant d'un bel enchaînement le troisième but des siens, mettant fin au suspense dès la reprise (50eme).

Coaching gagnant mais vain pour Linarès

Les bourreaux du DFCO auront donc été deux joueurs sur qui l'on n'aurait pas forcément parié au coup d'envoi. Et c'est symptomatique de l'équipe de David Linarès, qui n'en finit plus de sombrer de semaine en semaine quel que soit l'adversaire. Cette fois, malgré un Roger Assalé remuant, il a fallu attendre les entrées en jeu (Sammaritano, Celina, Konaté, Benzia) pour entrevoir la rébellion du cancre de l'élite. La passe décisive du Kosovar pour le Sénégalais au terme d'une belle phase de construction (90eme) montre que Dijon est encore capable de produire de belles choses. Mais à moins d'un miracle, tout cela sera désormais pour du beurre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.