Football - Ligue 1 Clermont/Rennes après-match

Angers
Bordeaux
Brest
Clermont
Lens
Lille
Lorient
Lyon
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Paris Saint-Germain
Reims
Rennes
St Étienne
Strasbourg
Troyes
Ligue 122ème journée
Stade Gabriel Montpied - Arbitre T. Léonard
couvert4°C
  1. 70′ Tell
  2. 59′ Da Cunha
  1. 18′ Santamaría
Journaliste : Vincent Dégremont

, publié le 23 janvier

Clermont, mené par Rennes dimanche, a renversé la situation et s'est imposé face aux Bretons (2-1, 22eme journée de Ligue 1).

Dix-septièmes au coup d'envoi, les Clermontois restaient sur deux défaites et avaient grand besoin de points. Problème : ils accueillaient des Rennais en pleine forme après la fessée administrée à Bordeaux la semaine passée (6-0). D'emblée, les locaux ont cherché à mettre une grosse pression, obligeant les visiteurs à faire le dos rond durant le premier quart d'heure. Très en vue pour sa première sous la tunique puydômoise, Lucas Da Cunha a intercepté une mauvaise relance à la 6eme, puis pris sa chance en croisant des 18 mètres. Le ballon a léché la transversale de Dogan Alemdar. A la 15eme, l'ailier prêté par Nice a distillé un centre parfait pour Pierre-Yves Hamel, mais l'avant-centre clermontois a raté sa tête au point de penalty. Les supporters auvergnats se dirent que la chance de leur équipe venait de passer.

En effet, quelques instants plus tard, Gaëtan Laborde a lancé Martin Terrier dans le dos de Cédric Hountondji. Résistant au défenseur, le meilleur buteur breton a cherché le soupirail face à Ouparine Djoco. Le portier clermontois eut la bonne inspiration de laisser traîner la jambe, touchant suffisamment le ballon pour le faire passer juste au-dessus de la barre ! Deux minutes plus tard, Djoco a réalisé une parade féline, allant chercher main opposée une volée à rebond de Laborde qui prenait la direction de la lucarne droite. Ce n'était toutefois que retarder l'échéance, car sur le corner qui suivit, la défense puydômoise se dégagea mal. Côté droit, Benjamin Bourigeaud en profita pour centrer dans la surface, où Baptiste Santamaria était resté pour croiser sans sauter une tête imparable, qui finit sa course dans le petit filet opposé.

Le Stade Rennais supérieur durant la première heure


Les hommes de Pascal Gastien avaient la tête dans le seau, et les Rennais voulaient appuyer dessus pour faire le break ! Intenable sur son côté droit, Jérémy Doku a remonté le terrain, puis lancé Terrier sur la droite de la surface. L'attaquant a centré en retrait, dans le dos de Laborde, mais idéalement pour Bourigeaud, qui a pu s'appliquer du droit et des 16 mètres. Sur sa ligne, Djoco est parvenu à arrêter en deux temps le ballon placé et puissant, laissant son équipe en vie à la pause !

Conscient de la tâche à accomplir en deuxième période pour prendre au moins un point, Pascal Gastien a lancé Jordan Tell et Yohann Magnin dès le retour des vestiaires. Un choix qui déboussola ses joueurs, perturbés à la reprise. Ce qui permit à Laborde de reprendre d'une volée à bout portant un centre rentrant d'Adrien Truffert à la 48eme, puis un excellent service de Terrier quelques instants plus tard. La première tentative passa juste au-dessus, la seconde à quelques centimètres du pied du poteau gauche ! A cet instant, une réalisation de l'ancien Montpelliérain aurait probablement assuré la victoire des visiteurs.

Da Cunha puis Tell décochent deux flèches gagnantes

Passés proches de la correctionnelle, les Puydômois se mirent à jouer avec davantage d'envie. C'est d'abord Jordan Tell qui tenta une Madjer à la 59eme sur un centre dévié. A l'instar d'un gardien de hockey, Dogan Alemdar boucha l'angle en mettant son corps en opposition. Le jeune portier turc fut impuissant une minute plus tard, quand Loïc Badé renvoya dans l'axe un centre d'Elbasan Rashani... A l'affût, Da Cunha s'est mis sur son pied gauche, et, d'une douzaine de mètres, a égalisé en attrapant le soupirail droit !

Galvanisés par l'égalisation, les Puydômois gagnaient tous les duels et voulurent porter l'estocade. A la 71eme, Da Cunha a servi Rashani sur l'aile gauche. Le Kosovar a déposé un centre aux 5,50 m. Jordan Tell jaillit, plaçant une tête clinique au premier poteau, là où Alemdar avait laissé un trou. Et les locaux prirent la mène pour ne plus la lâcher ! Certes moins talentueux que leurs adversaires, les protégés de Pascal Gastien ont étouffé les visiteurs de leur grinta durant cette dernière demi-heure décisive. Trois points au mental, donc, qui font du bien aux Clermontois dans l'optique du maintien. Pour les Rennais en revanche, le podium s'éloigne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.