Football - Ligue 1 Brest/Reims après-match

Angers
Bordeaux
Brest
Clermont
Lens
Lille
Lorient
Lyon
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Paris Saint-Germain
Reims
Rennes
St Étienne
Strasbourg
Troyes
Ligue 110ème journée
Stade Francis-Le Blé - Arbitre J. Stinat
humide18°C
Terminé
  1. 73′ Honorat
  1. 11′ Faes
Journaliste : Vincent Dégremont

, publié le 17 octobre

Alors qu'Honorat a répondu à l'ouverture du score de Faes, Brest et Reims ont dû se contenter du match nul ce dimanche (1-1). Les deux équipes restent donc dans le bas du classement.

Tout au fond de la classe avec le cancre stéphanois, le Stade Brestois présentait au coup d'envoi un bilan famélique (quatre points en neuf journées). Michel Der Zakarian espérait « faire un grand match » et, après trois revers de rang, décrocher la première victoire de la saison du club finistérien. Six unités devant, le Stade de Reims d'Oscar Garcia n'avait pas envie de se faire peur, et comptait bien garder ses distances sur la zone rouge. Le tacticien espagnol devait composer sans son meilleur artilleur, Hugo Ekitike (suspendu), ainsi que les vieux grognards Foket et Munetsi (à l'infirmerie). Son homologue n'était pas en reste, avec les absences de Pierre-Gabriel (suspension), Agoumé, Hérelle et Del Castillo (blessés).

Des Brestois très timorés lors du premier acte...

Le « grand match », ça n'était pas pour la première période, les locaux balbutiant leur football. Les efforts manquaient de liant, les séquences de possession d'inspiration, les gestes techniques de confiance. Une tendance qui s'est accentuée après l'ouverture du score rémoise. A la 12eme, Ilan Kebbal a enroulé un coup-franc rentrant côté droit. Monté dans la boîte, Wout Faes a semé Brendan Chardonnet sur son appel, et coupé de la tête à l'angle des 5,50. La tentative ne semblait pas si dangereuse, mais Marco Bizot a cafouillé sa prise de balle, offrant ainsi la mène aux visiteurs.

Une réalisation qui a installé les Rémois dans un fauteuil, tandis que les Brestois étaient encore plus fébriles, à l'image de Romain Faivre - agaçant par son déchet, sa nonchalance, et ses simulations - ou de Hiang'a Mbock, remplacé dès la 35eme par Haris Belkebla. La première frappe finistérienne n'intervenait ainsi que dans le temps additionnel, grâce à un centre lointain de Julien Faussurier repris de la tête au second poteau par Jérémy Le Douaron. Predrag Rajkovic mettait la main devant son montant pour assurer le coup.

Puis métamorphosés par la magie d'Honorat

Psychologue ou colérique, toujours est-il que Michel Der Zakarian avait trouvé les mots à la pause pour remobiliser ses hommes, qui lâchaient les chevaux et emballaient enfin la partie. Généreux, Jean-Kévin Duverne et Faussurier jouaient les pistons, envoyant pléthore de bons ballons dans la surface. A la 67eme, Steve Mounié a cru égaliser de la tête, mais l'intenable Faussurier était en position de hors-jeu avant de lui délivrer son caviar. Volontaires, les Finistériens avaient toute la possession mais n'arrivaient pas à s'approcher du but mis sous cloche par les impassables Faes et Andreaw Gravillon. Ils avaient besoin d'un coup de baguette magique, que donna Franck Honorat à la 74eme ! Sur un long ballon balancé par Faussurier, Mounié - dos à la cible - a remisé de la tête. De plus de 25 mètres, Honorat a déclenché une volée pleine de spontanéité. Merveilleuse, la trajectoire croisée a fini sa course dans le coin droit au-dessus de Rajkovic. Plutôt discrets jusque-là, les supporters brestois étaient extatiques ! Les mouches avaient changé d'âne... Galvanisés, les Finistériens ne voulaient pas s'arrêter en si bon chemin, et profitaient de la passivité et de l'inexpérience du milieu et de l'attaque des visiteurs pour revenir sans cesse menacer Rajkovic.

A la 79eme, Mounié est monté très haut pour mettre un coup de casque sur un centre de Faussurier, obligeant le portier serbe à bloquer un ballon délicat sous sa transversale ! La dernière grosse situation pour des locaux qui auraient pu empocher leur premier succès à Francis-Le Blé depuis mars. Pour cela, il leur aurait fallu jouer les 70 première minutes de la même façon que les 20 dernières. Leçon inverse pour les visiteurs, qui se sont contentés de subir en seconde période, perdant ainsi logiquement le bénéfice d'une victoire à l'extérieur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.