Football - Ligue 1 Brest/Marseille après-match

Ajaccio
Angers
Auxerre
Brest
Clermont
Lens
Lille
Lorient
Lyon
Marseille
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Paris Saint-Germain
Reims
Rennes
Strasbourg
Toulouse
Troyes
Ligue 12ème journée
Stade Francis-Le Blé - Arbitre J. Stinat
  1. 59′ Lees-Melou
  1. 38′ Nuno Tavares
Journaliste : DIVIO Axel

, publié le 14 août

L'Olympique de Marseille doit se contenter d'un nul dimanche à Brest (1-1) en conclusion de la deuxième journée de Ligue 1.



L'été avait laissé poindre quelques nuages noirs sur la Canebière, mais l'orage n'est pas arrivé, malgré un temps bien breton sur la pointe du Finistère. En signant un succès convaincant contre Reims pour le lever de rideau de cette saison 2022-23, l'Olympique de Marseille avait balayé les premiers doutes nés de sa pré-saison chaotique. Cette victoire demandait confirmation. Et ce match à Brest - premier déplacement - était un test intéressant pour jauger la formation d'Igor Tudor dans un autre contexte.

Le technicien croate a encore montré sa force de caractère, et il n'a pas fallu attendre le coup d'envoi pour le découvrir. Dès la découverte du onze de départ, les observateurs ont pu constater que Dimitri Payet démarrait une nouvelle fois sur le banc. Ce qui reste une sensation, eu égard à son poids, son influence. La recrue chilienne Alexis Sanchez était également très attendue après une arrivée en grande pompe il y a quelques jours.

Brest, un plan bien huilé

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour voir que les Brestois n'étaient pas venus en victimes expiatoires. Incisifs, généreux, appliqués, les hommes de Michel Der Zakarian ont rendu une copie admirable qui aurait pu se solder par un succès sans le réalisme et le caractère des Marseillais. Car si les visiteurs ont allumé la première mèche par Guendouzi (5e), ce sont bien les Brestois qui ont pris l'initiative du jeu. Et avec un zeste de chance supplémentaire, le score aurait pu être à leur avantage si la reprise de la tête de Le Douaron ne s'était pas écrasée sur le poteau (34e).

Au lieu de cela, c'est l'OM qui a pris les devants avant la mi-temps. On avait déjà constaté l'impact des pistons il y a une semaine : cette tendance s'est confirmée dans les grandes largeurs. Omniprésents dans les couloirs avec ce système taillé pour leurs qualités, Clauss et Nuno Tavares ont encore pris la lumière. C'est sur un centre tendu de l'international français que le Portugais a trouvé le chemin des filets d'une reprise bien ajustée (0-1, 31e).

L'OM s'en contentera

Menés mais pas malmenés, les Brestois ont gardé leur idée directrice : un pressing haut et intense pour gêner la première relance marseillaise. Il n'y avait pas de hasard à ce qu'ils finissent par en récolter les fruits. Sur une frappe à mi-distance précise, Lees-Melou a remis les deux équipes à égalité à l'heure de jeu (1-1, 61e). La dernière demi-heure a été à l'avantage des Bretons, entreprenants et dangereux sur de multiples situations, quand l'OM a piqué une dernière fois dans les dernières secondes par Payet - entré en jeu comme Sanchez - mais le score n'a plus évolué. Marseille s'en contentera.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.