Football - Ligue 1 Bordeaux/Lorient après-match

Angers
Bordeaux
Brest
Clermont
Lens
Lille
Lorient
Lyon
Marseille
Metz
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Paris Saint-Germain
Reims
Rennes
St Étienne
Strasbourg
Troyes
Ligue 137ème journée
Stade Bordeaux-Atlantique - Arbitre R. Buquet
26°C.Ensoleilé
Journaliste : Arnaud Gesret

, publié le 14 mai

Bordeaux n'a pas pu faire mieux que match nul face à Lorient samedi (0-0) et voit la relégation en Ligue 2 se rapprocher dangereusement.



Les Girondins n'ont pas vraiment montré l'envie de se maintenir ce soir. Une seule frappe cadrée en première période, aucune en seconde. Pas de quoi aller chercher cette victoire obligatoire pour le maintien. Hwang aura eu sa chance (50',69', 77) mais a manqué terriblement de maitrise. De confiance sûrement. La tension était à prévoir : elle était omniprésente ce soir au Matmut Atlantique. Gideon Mensah en fera les frais en fin de rencontre avec une expulsion indiscutable après un tacle sur un mollet lorientais. Jaroslav Plasil, le coach bordelais, aura beau su profité de ses 5 changements, le staff girondin a observé inlassablement son équipe se rapprocher de la relégation.

Lorient a su faire le dos rond, profiter de ses rares incursions pour aller chercher un point essentiel pour le maintien. Il est assuré pour les Merlus, tout comme Clermont et Troyes.

Bordeaux doit marquer au moins 10 fois

Ce soir, l'engouement était plus présent du côté des tribunes, avec un florilège de noms d'oiseaux et de banderoles hostiles. Tout le monde a pris : Costil, en froid avec ses supporters, Gerard Lopez, la direction en général. « Vous êtes la honte de nos 140 ans d'histoire » surgit du kop girondin avant la pause Le match aura même été interrompu à la 26e minute avec l'apparition de papier toilette sur le but lorientais. Des débordements étaient envisagés en fin de match, ils n'auront pas eu lieu. Mais les larmes se voient sur les visages girondins.

Certes tout n'est pas joué. Bordeaux peut encore se maintenir, mais doit croire au miracle. Les Girondins doivent rêver des revers de Saint-Etienne et Metz, tout en s'imposant samedi prochain avec un déplacement sur le terrain du Stade Brestois. Un déplacement compliqué puisque les Girondins devront combler un différentiel de 12 buts sur leurs concurrents directs. C'est tout comme, finalement...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.