Amiens SC
Angers
Bordeaux
Caen
Dijon
Guingamp
Lille
Marseille
Monaco
Montpellier
Nantes
Nice
Nîmes
Olympique Lyonnais
PSG
Reims
Rennes
Saint-Étienne
Strasbourg
Toulouse
Ligue 136ème journée
Stade de la Licorne - Arbitre F. Letexier
humide12°C
Journaliste : Vincent Dégremont

Vincent DEGREMONT, publié le 11 mai

Au terme d'une partie ennuyeuse, durant laquelle les locaux auront poussé de façon stérile, les visiteurs sont allés chercher un point à l'extérieur qui leur garantit quasiment le maintien. Pas payés de leurs efforts, les Amiénois voient le barragiste caennais se rapprocher dangereusement...

Le debrief
Pour la septième fois de la saison, Amiens termine un match de Ligue 1 sur le score de 0-0. Montés en 2017, les Picards et leur entraîneur Christophe Pélissier ont souvent pour plan de fermer la boutique et d'aller décrocher le nul. Mais, pour la venue de Toulouse à La Licorne, l'ambition était bien la gagne. Séduisante sur le papier avec un 4-3-3, la formation amiénoise a été brouillonne dans l'animation, ne parvenant pas à trouver de la verticalité et des brèches dans un bloc compact. Et comme Caen a battu Reims, la place de barragiste n'est plus qu'à deux points derrière ! Inquiétant, d'autant que l'ASC se déplace lors de la prochaine journée sur la pelouse de Monégasques qui auront le couteau sous la gorge après leur défaite à Nîmes.

Avant le coup d'envoi, le onze toulousain avait lui aussi fière allure. Toutefois, Durmaz se perdant dans ses idées, Gradel ne parvenant pas à s'extirper de l'aile gauche et Sanogo n'existant pas en pointe, les supporters des Violets ont vite compris qu'il fallait être pragmatique et espérer ne pas prendre de but en terre amiénoise. Grâce à la faiblesse collective de leurs hôtes, mais surtout à un excellent Jullien, ce fut le cas. La place de barragiste est à cinq unités derrière. L'essentiel est là avant d'accueillir Marseille au Stadium.



Le film du match
51eme minute
Krafth jaillit devant Gradel, se projette dans le couloir avant de centrer à ras de terre à l'entrée de la surface. Gnahoré reprend de l'intérieur du droit. Le ballon lèche la base du premier poteau, alors que Goicoechea semblait battu.

83eme minute
Guirassy file sur la gauche de la surface, emmenant Shoji avant de forcer sa frappe du gauche en angle fermé. Le filet extérieur tremble, pas Goicoechea qui avait bien fermé l'angle.
Tops et flops

TOP 3

Après un premier quart d'heure durant lequel il a pris un jaune et aurait pu en recevoir un second, JULLIEN s'est montré impérial. Pilotant une défense toulousaine constamment mise sous pression, l'un des joueurs gagnant le plus de duels de la tête en Europe a éteint toutes les situations chaudes, notamment dans les airs où il a dévoré Guirassy et Konaté. Taille patron.

Attentif aux tentatives de débordement de Dossevi, très remuant, PIETERS a également beaucoup porté le danger offensivement. Conscient des difficultés de ses coéquipiers dans la construction, le Néerlandais a apporté son soutien dans son couloir, enchaînant les courses sans calculer jusqu'à la dernière minute. Dommage que ses centres n'aient pas été mieux dosés.

Comme son coéquipier, KRAFTH a étalé beaucoup d'abattage et de générosité à droite. Le Suédois s'en est bien tiré face à Gradel, sachant commettre des fautes intelligentes les rares fois où l'Ivoirien le prenait en défaut. Par un jaillissement suivi d'une montée tonique, il a offert la plus belle possibilité de la partie à Gnahoré. Convaincant.


FLOP 3

Coincé entre les centraux amiénois, Y.SANOGO n'a pas eu un bon ballon à se mettre sous la semelle. L'avant-centre toulousain aurait pu chercher à exister en allant presser ses adversaires ou en décrochant pour servir de point d'appui au rares initiatives de son équipe, mais il n'en a rien été. Alain Casanova l'a sorti peu après l'heure de jeu pour Leya Iseka, qui n'a pas été davantage en vue.

Respiration coupée suite à un tampon de Jullien à la 9eme, MENDOZA ne s'est jamais vraiment remis de ce contact. Malgré des initiatives intéressantes sur son aile droite, l'attaquant colombien a globalement manqué de lucidité en sortie de dribble. Il n'est pas ressorti du vestiaire.

Son pendant de l'aile droite n'a pas été plus en réussite, ratant de nombreux contrôles et revenant trop souvent vers l'arrière. Pire, TIMITE a été limite au moment d'être remplacé. En effet, l'ancien joueur de Dunkerque n'a pas souhaité taper dans la main d'Otero, entré pour le suppléer. Un manque de respect envers son partenaire, son équipe et le management de Christophe Pélissier. Péché de jeunesse pour l'attaquant de 21 ans ? A son entraîneur d'en décider.
Monsieur l'arbitre au rapport
Après avoir adressé une biscotte précoce à Jullien, M.Letexier n'a pas souhaité sortir d'autres cartons au cœur du premier acte, alors que les vingt-deux acteurs, contaminés par la nervosité, se répondaient à coups d'interventions violentes. Fort heureusement, les joueurs touchés ont tous pu reprendre leur place. L'officiel a par la suite mieux géré son match, les contacts et l'engagement devenant moins dangereux après la 40eme
La feuille de match
L1 (J36) : AMIENS - TOULOUSE : 0-0
Stade de la Licorne (11 684 spectateurs)
Temps humide - Pelouse excellente
Arbitre : M.Letexier (4)

But : Aucun

Avertissements : Dibassy (57eme) et Ghoddos (78eme) pour Amiens - Jullien (9eme), K.Sidibé (24eme), Durmaz (61eme) et Cahuzac (82eme) pour Toulouse

Expulsion : Aucune


Amiens
Gurtner (5) - Krafth (6), Adénon (5), Dibassy (5), Pieters (6) - Monconduit (cap) (4), Gnahoré (4) puis Konaté (62eme), Blin (4) - Timite (3) puis Otero (80eme), Guirassy (4), Mendoza (3) puis Ghoddos (45eme) (4)

N'ont pas participé : Dreyer (g), El Hajjam, Lefort, Bodmer
Entraîneur : C.Pélissier


Toulouse
Goicoechea (4) - Amian (4), Shoji (4), Jullien (7), I.Sylla (4) - Bostock (3), K.Sidibé (3) puis Cahuzac (73eme) - Dossevi (5), Durmaz (4), Gradel (cap) (4) - Y.Sanogo (3) puis Leya Iseka (64eme)

N'ont pas participé : Vidal (g), Moreira, B.Diakité, Moubandje, M.Garcia, Mubele
Entraîneur : A.Casanova

Vos réactions doivent respecter nos CGU.