Coupe de France : Une qualification sans briller pour l'OM

Coupe de France : Une qualification sans briller pour l'OM©Media365
A lire aussi

Naïm Beneddra, publié le vendredi 17 janvier 2020 à 23h10

Ce vendredi, l'Olympique de Marseille, peu brillant, a validé sa qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe de France, aux dépens de Granville (0-3).

Le mois prochain, l'Olympique de Marseille prendra part aux huitièmes de finale de la Coupe de France. Les hommes d'André Villas-Boas ont rempli leur mission en prenant le dessus sur Granville, mais au-delà de la qualification il n'y aura pas grand-chose à retenir de cette sortie. Brouillons aux avant-postes, les Provençaux ont longtemps été tenus en échec et ce n'est qu'en supériorité numérique qu'ils ont réussi à se détacher à la marque. Leurs opposants leur ont mené la vie dure, et ils sont à féliciter pour la copie livrée. Le score final de 0-3 parait même trop sévère au vu ce que Granville aura affiché comme vertus mentales et qualités collectives face au deuxième de la Ligue 1.

Les Marseillais ont longtemps buté sur un mur

Les Olympiens ont totalement dominé la première période de cette rencontre, mais sans parvenir à trouver la faille devant. Ils ont essayé, souvent même, mais se sont heurtés à un portier en état de grâce, en la personne de Jeffrey Baltus. Sur sa ligne, ce dernier a multiplié les parades, intervenant avec brio contre Dimtri Payet (26e), face à Boubacar Kamara (30e) et aussi devant Maxime Lopes (37e). Et les fois, où il n'a pu attraper le cuir, il a pu compter sur le manque d'efficacité des Marseillais. Valentin Rongier (23e) et Payet (29e) ont notamment manqué d'attraper le cadrer alors qu'ils étaient en position favorable pour conclure.

A l'image de ce qu'ils ont fait lors du précédent tour contre Trélissac, les Phocéens ont donc eu du mal à matérialiser leur domination. Leurs adversaires normands ne les y ont pas aidés non plus, en défendant corps et âme et avec beaucoup de solidarité. Ils ont continué à le faire en deuxième mi-temps, subissant un peu moins, même si Baltus a eu à effectuer d'autres sauvetages contre successivement Kevin Strootman (54e), Valère Germain (70e) et Dario Benedetto (75e).

À dix, Granville a fini par s'écrouler

Granville a tenu le choc, mais il ne pouvait le faire avec un homme en moins. Et, malheureusement pour eux, le match a basculé avec l'expulsion de leur avant-centre William Sea. À un quart d'heure de la fin, ce dernier s'est rendu coupable d'un excès d'engagement. Et la sanction fut double puisqu'immédiatement après ce rouge, Marseille parvenait à débloquer la situation. Profitant de ce moment de flottement chez leurs opposants, les visiteurs ont multiplié les passes à l'entrée de la surface avant qu'Alvaro Gonzalez n'ait réussi à faire mouche d'une frappe à bout portant (77eme). Ça faisait 0-1, et il n'y avait dès lors plus de doute quant à l'issue de cette rencontre.

À sept minutes de la fin, les Marseillais ont plié les débats par l'intermédiaire de Nemanja Radonjic (84e). Le Serbe a fait trembler les filets d'un tir du gauche suite à un dribble à la Ronaldo. Un coup de semonce qui a définitivement enterré l'équipe de Johan Gallon, battue ensuite une troisième fois dans le temps additionnel sur un tir enroulé de Dimitri Payet de l'extérieur de la surface (92eme). Granville a donc fini par craquer, mais il n'aura pas à rougir de sa prestation. Loin s'en faut. Les pensionnaires du National2 ont livré un visage plus qu'honorable avant ce terrible tournant qui leur a fait si mal. S'ils étaient restés à onze, qui sait ce qu'ils auraient pu réaliser, surtout qu'ils eu les opportunités de faire la différence avec des tentatives non converties d'Akueson (39e) et de Blondel (78e).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.