Sans Payet, deux options diamétralement opposées

Sans Payet, deux options diamétralement opposées©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le dimanche 29 octobre 2017 à 07h20

Forfait, Dimitri Payet manquera à l'OM sur la pelouse de Lille dimanche soir (21h00). En son absence, Rudi Garcia va-t-il maintenir son système en 4-2-3-1 ou innover tactiquement ?

La défaite contre Rennes début septembre (1-3) a été vécue comme une humiliation. Mais elle a servi d'électrochoc à Rudi Garcia. Mangés au milieu par les protégés de Christian Gourcuff, les Marseillais sont depuis passés en 4-2-3-1. Avec succès. De retour de blessure, Dimitri Payet s'est placé en soutien de l'attaquant et a pu faire parler davantage ses qualités de passeur et de créateur. A Strasbourg, avant de plonger physiquement au retour des vestiaires, l'international français avait d'ailleurs marqué les esprits en première période en mettant au supplice les défenseurs alsaciens sur toutes ses transmissions. Mais victime d'une alerte musculaire, il ne sera pas de la partie ce dimanche soir à Lille (21h00).
Sanson, le remplaçant naturel
Sans le Réunionnais, deux options s'offrent à Rudi Garcia. Une première option naturelle, et une deuxième plus innovante. Pragmatique, l'entraîneur phocéen a de bonnes chances d'aligner Morgan Sanson en meneur de jeu pour ce match contre le LOSC. L'ancien Montpelliérain se sent à l'aise dans ce rôle qui lui offre plus de liberté qu'à la récupération, et il a déjà été aligné dans cette position il y a seulement dix jours, lors du match de Ligue Europa contre Guimaraes (2-1). Dimanche dernier contre le PSG (2-2), c'est d'ailleurs lui qui a remplacé Dimitri Payet à un quart d'heure du coup de sifflet final, quand l'ex-Nantais était sur les rotules. Un changement poste pour poste.
Garcia se méfie d'un changement tactique chez Bielsa
L'autre option, plus innovante, consisterait à modifier le schéma tactique qui fonctionne si bien depuis un mois et demi. Interrogé en conférence de presse sur la possibilité d'aligner deux attaquants, Rudi Garcia est resté assez vague. « Deux pointes, c'est une possibilité. Comme toutes les équipes, on étudie bien les adversaires. On pourrait donc savoir à quoi s'attendre mais en foot, on ne sait jamais ce que va faire l'équipe adverse. On anticipe, on sait qu'il s'est passé cette semaine des choses à Lille qui pourraient faire que ça change, au niveau de l'attitude de l'équipe, de la tactique. Il faut être prêt à tout », a répondu l'entraîneur de l'OM, pas si certain que cela que Marcelo Bielsa reconduira son 3-3-3-1 ce dimanche, suite à la fronde d'une partie du vestiaire nordiste.
Njie et Germain ont faim
Jouer à deux attaquants impliquerait aussi de modifier la façon de jouer de son équipe. Sans un joueur axial, Florian Thauvin et Lucas Ocampos seraient obligés de rentrer plus souvent, ce qui aurait aussi pour conséquence d'augmenter le volume des latéraux sur les côtés. Et avec la suspension de Jordan Amavi, on se dit que la solution n'est peut-être pas idéale pour un Patrice Evra déjà très contesté. Clinton Njie et Valère Germain espèrent en tout cas certainement un passage à deux attaquants au stade Pierre-Mauroy. Avec l'arrivée de Kostas Mitroglou, le Camerounais a glissé sur le banc en dépit de prestations convaincantes. « J'aimerais jouer tous les matchs possibles, mais je respecte les choix du coach, » a-t-il simplement soufflé devant les médias vendredi. Pour l'heure, il semblerait qu'il doive se contenter d'entrer à gauche.

 
10 commentaires - Sans Payet, deux options diamétralement opposées
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]