Rudi Garcia menacé ? Le coach de l'OM garde la foi

Rudi Garcia menacé ? Le coach de l'OM garde la foi©Media365

Rédaction , publié le vendredi 11 janvier 2019 à 15h10

Après l'intervention remarquée de Florian Thauvin, c'est Rudi Garcia qui s'est présenté ce vendredi en conférence de presse. Retrouvez l'analyse du coach de l'OM qui assure être l'homme de la situation.



Rudi Garcia, comment s'est déroulée votre semaine ?

C'est une semaine bien remplie. Nous avons été très actifs. Je me devais d'être le plus actif pour initier les choses, j'ai pris des mesures drastiques. Le but, c'est d'interpeller pour gagner dimanche. On réfléchit. On ressent des choses. Ça fait un peu trop longtemps que l'on n'a pas gagné.

Qu'avez-vous mis en place ?

On a changé des choses sur les règles de vie. On a enlevé des choses aux joueurs pour qu'ils se rendent compte que c'était peut-être plus facile avant. Je suis solidaire des joueurs, ça n'empêche pas de les malmener en interne. Un vestiaire, c'est sacré, ce qui se dit dans le vestiaire ne devrait pas sortir.

Quel est votre message aux supporters ?

Qu'ils supportent leur équipe, dès l'échauffement. Que le Vélodrome soit derrière son équipe. Si ce n'est pas le cas, on ne jouera pas à 12 contre 11. Même si on ne l'a peut-être pas mérité ces derniers temps. Je travaille sur les têtes des joueurs, certains sont plus forts que d'autres. Il faut du caractère, il faut le montrer.

Garcia : « On peut compter ses amis dans ces moments compliqués »


Comment vivez-vous les critiques à votre égard ?

Mon cas n'est pas important. Dans ces moments difficiles, ce qui est positif, c'est que l'on voit vraiment les gens qui nous soutiennent. Je veux remercier ces personnes, mes proches, qui me donnent des messages agréables à recevoir. Ce qui compte, c'est d'avoir du positif autour de soi. On peut compter ses amis dans ces moments compliqués.

Restez-vous l'homme de la situation ?

Je ne veux pas être pollué par tout ce qui se dit. Ne croyez pas que c'est une posture médiatique. Je pense qu'il faut rester positif, lucide. Si je vous dis que je vais très bien, vous allez croire que je m'en fous. Si je vous dis que je vais mal, vous penserez que je n'ai pas les épaules. Cette semaine, il y a des nuits où les joueurs ont bien dormi... On essaie de jouer sur tous les ressorts. Je suis le capitaine du navire, j'essaie de tenir fort la barre. On n'a pas besoin du Mistral pour secouer l'OM en ce moment. Je pense être l'homme de la situation pour gagner dimanche et emmener l'OM où on veut en fin de saison. Je donne le meilleur de moi-même, peut-être même plus que ça. Vous ne me voyez pas abattu, mais combatif.

Garcia : « Il faut se dire les choses »


Quel regard portez-vous sur la réunion qui a eu lieu avec les joueurs ?

On réfléchit plus à plusieurs cerveaux. Mon staff est important. Des avis extérieurs également. J'ai tout initié. C'est accepter la critique. Il faut se dire les choses, laver son linge sale en famille. On ne peut pas être fermé. J'écoute, j'essaie d'en tenir compte évidemment. Il y a une chose logique : quand tout le monde prend la parole, il y a des choses très intéressantes et des choses pas intéressantes. Il faut savoir en prendre et en laisser. On en a pris, on va en laisser.

Qu'allez-vous faire pour retrouver de l'allant ?

On a vraiment fait une campagne de Ligue Europa assez catastrophique. C'était une sale campagne. Il y a aussi eu l'élimination qui n'est pas acceptable contre Andrézieux (en Coupe de France). C'est une faute professionnelle. Mais il y a des matchs en retard, cela ne sert à rien de se concentrer sur autre chose que le prochain match. L'important, c'est la confiance que peuvent afficher les joueurs. Si vous êtes en perte de confiance, vous ne tentez plus. Ce qu'il faut, c'est que les joueurs repensent à ce qu'ils ont fait de bien au cours de leur carrière. Les joueurs n'ont pas changé, ils sont capables de le faire. Il ne faut pas se polluer l'esprit. J'espère que l'équipe se montrera combative.

Avez-vous refusé de rencontrer les groupes de supporters ?

A chaque fois, la demande est venue des supporters. Elle est venue en décembre. Ils ont demandé à rencontrer des joueurs et moi-même. J'ai dit OK, mais pas pour les joueurs. Seuls eux peuvent dire pourquoi ils n'ont pas voulu me rencontrer. J'ai entendu dire que c'était parce qu'il n'y avait pas de joueurs. La demande est à nouveau venue à la reprise. J'ai proposé d'emmener des joueurs cette fois-ci. Ça ne s'est pas fait.

Garcia : « Le Mercato ? Il n'y a pas de nouveautés »




Quid du Mercato ?

Pour l'instant, il n'y a pas de nouveautés. Si on avait des renforts, on s'en porterait mieux. J'ai confiance en mes dirigeants.

Etes-vous satisfait de Dimitri Payet comme capitaine ?

Je ne regrette à aucun moment de l'avoir nommé capitaine. Personne n'est assuré d'avoir une place dans l'équipe. Il a tenu l'équipe à bout de bras en début de saison avec Thauvin. Je ne l'oublie pas. Il a grandi. C'est un joueur important. Il prend ses responsabilités. Il nous faut des joueurs comme ça, j'ai besoin de joueurs de caractère et il en fait partie.

Kostas Mitroglou va-t-il avoir plus de temps de jeu ?

Il y a plusieurs paramètres. Il y a ce qu'on donne à l'entraînement. On a besoin de joueurs qui montrent, qui poussent. Il n'y a pas que l'aspect offensif pour gagner des matchs. Il y a aussi l'aspect défensif. On connaît la capacité de Mitro à marquer, mais je prends aussi en compte le capital confiance de certains joueurs et leur capacité à jouer certains matchs, et notamment au Vélodrome. Voilà pourquoi je suis contraint à faire des choix.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.