OM : Villas-Boas offre un maillot au journaliste qu'il a menacé

OM : Villas-Boas offre un maillot au journaliste qu'il a menacé©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le dimanche 20 décembre 2020 à 14h29

Après avoir présenté ses excuses la veille en conférence de presse, André Villas-Boas a rencontré samedi le journaliste de La Provence qu'il avait menacé. Et l'entraîneur phocéen lui a offert un maillot de l'OM en marge de la rencontre face à Reims (1-1). 

 

Tout est bien qui finit bien ? Mercredi, après la défaite de l'OM à Rennes (2-1), André Villas-Boas avait menacé verbalement un journaliste de La Provence en conférence de presse, avant de coller son visage au sien sur le parking du Roazhon Park en continuant à le menacer et en l'insultant. Et son adjoint Ricardo Carvalho avait dû le retenir. Une réaction qui avait indigné le quotidien provençal ainsi que de l'Union des journalistes de sport en France (UJSF). Et après avoir présenté ses excuses à l'intéressé en conférence de presse vendredi, le technicien portugais lui a offert un maillot du club marseillais après le match nul concédé face au Stade de Reims samedi (1-1). 

"Aucun problème avec la presse"

La veille, il avait lu un texte d'excuses dans la salle de presse de la Commanderie : "J'ai eu une réaction que je regrette. Le fond de ma pensée ne change pas, mais je comprends que la forme ait pu provoquer vos critiques. Elles sont justes comme l'est la défense de votre collègue de profession. La liberté d'expression est un des droits les plus précieux de l'homme. Je n'ai aucun problème ni avec la presse, ni avec la critique. Mais j'ai mal vécu, comme personne, les deux articles qui, pour moi, attaquent ma dignité et mon intégrité comme professionnel et comme personne." Villas-Boas reprochait notamment au journaliste en question des articles sur le parcours calamiteux de l'OM en Ligue des champions, en pointant les mauvais résultats d'AVB dans la compétition. Il n'aurait pas non plus apprécié d'être qualifié d'"aristo de Porto" dans un édito du journal. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.