OM : Les champions qui ont inspiré Milik

OM : Les champions qui ont inspiré Milik©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le jeudi 18 mars 2021 à 13h18

Le nouvel attaquant de l'Olympique de Marseille, Arkadiusz Milik, évoque ses idoles de jeunesse, ses graves blessures et son compatriote polonais Robert Lewandowski.



Arrivé à Marseille cet hiver en provenance de Naples, Arkadiusz Milik découvre la Ligue 1. Un championnat « plus physique » selon le Polonais qui a déjà brillé avec l'OM. En six matches de Ligue 1, dont cinq titularisations, l'attaquant a fait trembler les filets adverses à trois reprises (dont un penalty) en 425 minutes. Il avait aussi inscrit l'unique but en seizièmes de finale de la Coupe de France des Marseillais, éliminés à la surprise générale par Canet-en-Roussillon (1-2).

Milik fan de Thierry Henry, Cristiano Ronaldo et LeBron James

Agé de 27 ans, le costaud attaquant de 1,86 m se livre longuement dans L'Equipe ce jeudi et a évoqué ses idoles de jeunesse. « Ma première idole était Thierry Henry, époque Arsenal. C'est l'un des plus grands buteurs de l'histoire du foot, j'adorais son jeu. Ensuite, j'ai suivi Cristiano Ronaldo quand il est arrivé à Manchester. Quand j'ai eu 17-18 ans, j'étais plus mature, j'ai compris que je voulais prendre le meilleur des grands buteurs du jeu pour progresser », explique Milik.

Le Polonais ne s'inspire pas que des « footeux ». « Je m'intéresse à beaucoup de champions, comme LeBron James. Il continue à jouer à un niveau phénoménal à 36 ans, et cela m'inspire beaucoup, détaille le joueur de l'OM. Comment manger, quoi manger, comment s'entraîner, comment prendre soin de son corps, l'aspect mental aussi. Le plus important, à mon avis, c'est de continuer à vouloir progresser à tout âge. Quand tu aimes le jeu, tu veux être meilleur, tu veux grandir. Ce ne sont pas des sacrifices. C'est un choix très simple si tu aimes ton sport. »


« Lewandowski méritait le Ballon d'Or »

Victime deux fois de ruptures aux ligaments croisés des genoux, blessures qui l'ont « freiné », Milik concède aussi que cela l'a fait « grandir ». « Tu comprends ce qui est important. Mon éthique de travail remonte à l'enfance, à mon premier entraîneur, Slawomir «Moki» Mogilan, qui m'a coaché entre 6 et 16 ans et qui est resté proche de moi aujourd'hui. Il était comme un père, après la séparation de mes parents, il était toujours derrière moi. Il m'a appris à travailler dur pour y arriver », se remémore le Polonais, admiratif de Robert Lewandowski qu'il côtoie en sélection. « Ce que j'aime chez lui, c'est que chaque année il s'améliore. Chaque année il marque plus de buts, il améliore les penalties, puis il améliore les coups francs, puis son jeu dos au but, puis ça, puis ça, et cela l'a mené là où il est. Parfois, tu as des joueurs qui sont déjà des stars à 18 ans, qui sont hyper talentueux. Parfois, comme lui, tu pars de Pologne, tu franchis les étapes et tu arrives au top. Il a fait des progrès énormes et aujourd'hui c'est le meilleur buteur au monde. Il méritait le Ballon d'Or, il a fait une année incroyable », confie Milik au sujet du goleador du Bayern Munich, encore buteur en Ligue des Champions contre la Lazio Rome, mercredi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.