OM : Les cadres ne veulent pas baisser leur salaire

OM : Les cadres ne veulent pas baisser leur salaire©Media365
A lire aussi

Dimitri Ferrero, publié le lundi 20 avril 2020 à 13h39

Comme beaucoup de clubs de L1, l'OM essaye de limiter la casse sur le plan financier face à la crise sanitaire. Jacques-Henri Eyraud a proposé une solution pour tenter de redresser la barre, mais cette dernière ne plait pas à tous les joueurs.


La crise sanitaire du Covid-19 impacte de plein fouet l'économie du football. Si certains dirigeants de Ligue 1 arrivent à négocier sereinement avec leurs joueurs pour appliquer une baisse de salaire temporaire, ce n'est pas le cas de tous les clubs. En particulier du côté de l'Olympique de Marseille, où la situation devient de plus en plus tendue entre Jacques-Henri Eyraud et certains joueurs. D'après les informations de L'Équipe, le président de l'OM envisage de ne pas reverser aux joueurs la part des salaires restant, une fois que les droits TV auront été touchés, mais aussi de renégocier dès maintenant les salaires des joueurs les mieux payés de l'effectif olympien.

Les gros salaires dans le viseur de JHE

Une idée qui ne plait pas à tout le monde, et notamment aux cadres du vestiaire. Selon L'Équipe, Dimitri Payet, Steve Mandanda et Florian Thauvin font partie des joueurs les moins emballés par l'idée de JHE. Le quotidien sportif explique que les joueurs ont pris des renseignements auprès de différents avocats au sujet de cette baisse de salaire permanente évoquée par le président de l'OM. Cependant, les joueurs semblent avoir plus d'un tour dans leur sac et évoquent entre eux la possibilité d'une rupture unilatérale de contrat. Ces derniers pourraient donc quitter libres l'Olympique de Marseille si cette idée de refonte des salaires sur toute la durée du contrat était mise en place. Après la date de reprise de la Ligue 1, Jacques-Henri Eyraud pourrait être donc confronté à un nouveau problème de taille si les relations entre lui et ses joueurs continuent de s'effriter dans les prochaines semaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.